Kayanza : disparition après évasion du gérant de la Coopec de Kabarore

Kayanza : disparition après évasion du gérant de la Coopec de Kabarore

Depuis jeudi de la semaine passée , un gérant de la Coopec de Kabarore en province de Kayanza (nord du Burundi) a disparu. Égide Havyarimana s’est évadé du cachot de la police après son arrestation suite au vol de plus de 40 millions de francs burundais dans les caisses de la coopérative d’épargne et de crédit (Coopec). (SOS Médias Burundi)

Selon des sources administrative et policière , Égide Havyarimana serait à la tête du détournement de plus de 40 millions de francs burundais.

« Ce gros montant appartenait en grande partie aux agriculteurs qui avaient commandé des engrais chimiques », a déclaré un caissier de la Coopec.

La même source indique que le vol a été progressif. « La disparition de l’argent n’a pas été faite d’un coup. Nous lui avons dit qu’il y a un détournement d’argent mais il disait toujours qu’on va voir où vont mener les enquêtes. Cela se terminait toujours par ces mêmes paroles », explique un employé de la coopérative d’épargne et de crédit à Kabarore.

Une inspection est venue de Ngozi (province voisine) . Elle aurait découvert un manquant de plus de 40 millions de francs burundais.

M. Havyarimana, gérant de la microfinance à Kabarore, a été vite arrêté et conduit au cachot de la police locale jeudi passé dans l’après-midi.

Au moment où son dossier était en train d’être constitué par un officier de police judiciaire de Kabarore, le suspect s’est évadé cette nuit-là.

La police a mis la main sur un OPJ (officier de police judiciaire) qui serait, selon les sources sur place celui qui a arrangé son évasion.

Entre temps, la femme du gérant de la Coopec a été également interpellée pour des raisons d’enquête. Personne ne connaît jusqu’à présent où se trouve le gérant de la Coopec Kabarore.

__________________

Photo : la province de Kayanza

Previous Affaire-Bruce Melodie : le très populaire artiste a été libéré
Next Kayanza : les cahiers deviennent plus chers à la veille de la rentrée scolaire