Kayanza : les cahiers deviennent plus chers à la veille de la rentrée scolaire

Kayanza : les cahiers deviennent plus chers à la veille de la rentrée scolaire

Alors que la rentrée scolaire est prévue pour la semaine prochaine, les parents d’élèves et écoliers peinent à trouver des cahiers pour leurs enfants en province de Kayanza (Nord du Burundi). Le prix du cahier fabriqué au Burundi est revu à la hausse au moment où les parents indiquent avoir la difficulté de trouver les moyens financiers pour s’en procurer. SOS Médias Burundi

Selon des parents, le cahier de 100 feuilles est difficile à trouver dans des magasins ou sur des stands qui vendent le matériel scolaire.

« Il n’y a pas de cahiers de 100 feuilles. Même si tu en trouves, on t’exige d’acheter deux autres cahiers de 60 et 48 feuilles pour en avoir seulement un. Comprenez que si on a besoin de 6 cahiers de 100 feuilles, on est obligé d’acheter également deux demi-douzaine de 60 et 48 feuilles », se plaignent des habitants.

Ils déplorent également que le prix du cahier a monté: le cahier de 100 feuilles fabriqué localement coûte jusqu’à deux mille francs burundais, comme celui importé du Kenya.

Des habitants de Kayanza disent ne pas comprendre comment les cahiers sont chers à ce niveau alors qu’ils sont fabriqués localement.

« Nous avons une société qui fabrique des cahiers ici. Le prix normal était de mille six cents par cahier de 100 feuilles. Mais voilà qu’il a été majoré. Nous n’avons pas de moyens financiers, […] », dénoncent des parents.

« Bafashebige », une association locale qui prône l’éducation de qualité de tous les enfants demande au gouvernement de faciliter aux parents l’accès au matériel scolaire.

La montée des prix des articles scolaires ne concerne pas la province de Kayanza seulement. Dans les capitales économique Bujumbura et politique Gitega, et un peu partout ailleurs, elle y est aussi rapportée.

Previous Kayanza : disparition après évasion du gérant de la Coopec de Kabarore
Next Bujumbura : du cachot au show, Bruce Mélodie se dit fier des Burundais