Burundi : le président Neva se débarrasse du tout puissant premier ministre

Burundi : le président Neva se débarrasse du tout puissant premier ministre

Dans une session extraordinaire de l’Assemblée nationale réunie en urgence ce matin, le super-ministre Gervais Ndirakobuca a été approuvé par la chambre haute du parlement au poste de premier ministre Burundais, sur proposition du prédisent Ndayishimiye. Agathon Rwasa , leader du parti principal de l’opposition CNL souligne que la procédure est normale. Il pense que le nouveau gouvernement sera inclusif. Le président Neva a signé en début d’après-midi un décret présidentiel nommant M. Ndirakobuca au nouveau poste, en remplacement d’Alain Guillaume Bunyoni. (SOS Médas Burundi)

Les députés ont approuvé à l’unanimité le nom de Gervais Ndirakobuca ce matin au siège de l’Assemblée nationale situé dans le nord de la ville commerciale Bujumbura. Il était ministre de l’intérieur, du développement communautaire et de la sécurité publique.

Selon Agathon Rwasa, élu du peuple et leader du CNL, parti principal de l’opposition, la procédure a été respectée. Selon lui, il n’y a pas de surprise parce le président Ndayishimiye déclarait ces derniers jours qu’au sein de son gouvernement, il y a ceux qui enfreignent au développement du pays.

Il invite le président et son nouveau premier ministre à nommer un gouvernement inclusif, en référence à la constitution.

« La composition du gouvernement déchu avait violé la constitution burundaise. En aucun cas la loi suprême permet la mise en place du gouvernement exclusif. Et je pense que ceux qui ont la capacité de devenir ministre ne sont pas uniquement au CNDD-FDD », a-t-il confié à quelques journalistes locaux présents à l’Assemblée nationale lors de l’événement.

Rappelons que le président Neva avait répété ces derniers jours dans des apparitions publiques qu’ »au sein de son gouvernement, il y a des gens qui sabotent ses bonnes initiatives ».

Selon Évariste Ndayishimiye, ces derniers voulaient « faire un coup d’État».

Le nouveau premier ministre est sous sanctions de l’Union européenne jusqu’en octobre prochain. Elles ont été renouvelées contre lui et un autre général , Godefroid Bizimana proche du président Ndayishimiye le 18 octobre 2021.

En octobre 2015, l’Union européenne avait pris des sanctions contre trois proches de feu président Pierre Nkurunziza dont Ndirakobuca, alors chef de cabinet au bureau du chef de l’Etat et Bizimana, directeur général adjoint de la police nationale du Burundi (PNB) à l’époque.

Ils sont accusés d’avoir été impliqués dans des actes de violence, de répression, ou d’incitation à la violence, y compris par des actes constituant des atteintes graves aux droits de l’homme.

Ce mercredi, le président de l’Assemblée nationale n’a pas donné les raisons qui ont poussé le chef de l’Etat à « proposer le changement de son premier ministre », préférant dire tout simplement que le président peut « organiser sa maison comme il le veut et l’entend ».

______________________

Photo d’archives : le président Neva lors d’une fête nationale en train de rire dans la ville commerciale Bujumbura, crédit photo Jean Pierre Aimé Harerimana

Previous Nduta (Tanzanie) : le mariage légal de nouveau permis
Next Bujumbura : la situation sécuritaire se porte bien après la déposition du tout puissant premier ministre Bunyoni