Djugu : environ 40 personnes tuées dans une nouvelle attaque sanglante au village Mbidjo

Djugu : environ 40 personnes tuées dans une nouvelle attaque sanglante au village Mbidjo

Une attaque attribuée aux miliciens de la CODECO (Coopérative pour le développement du Congo) dans le territoire de Djugu, c’est dans la province de l’Ituri à (l’est de la RDC) tôt le matin de ce vendredi a été déplorée par la société civile locale. L’ attaque de cette milice de la CODECO a eu lieu tôt le matin de ce vendredi aux environs de 4 heures à Mbidjo dans la chefferie des Bahema Badjere en territoire de Djugu. Elle a causé la mort de 40 personnes. Ce bilan est encore provisoire selon la même source. (SOS Médias Burundi)

Une femme de la communauté Hema dénonce la complicité qu’il y a entre les rebelles de la CODECO et certaines autorités de la province frontalière du Nord-Kivu pendant l’État de siège en cours depuis mai 2021 en Ituri et dans cette province.

Elle accuse le gouvernement de n’avoir rien fait pour arrêter l’hémorragie et condamne son silence qu’elle qualifie de coupable.

« C’est toujours la communauté Hema qui est attaquée et cela pendant plusieurs années et le gouvernement ne dit rien », a-t-elle déclaré avec un ton d’indignation.

Elle demande par d’ailleurs au gouvernement de bien jouer son rôle: celui d’êre au service du peuple.

Pour la société civile locale qui dresse un bilan provisoire, au moins 40 civils ont été tués dans l’attaque de vendredi. Elle met en cause les rebelles de la CODECO et leurs collaborateurs dans la zone.

Pour rappel les territoires de Djugu, d’Irumu et de Mambasa dans la province de l’Ituri font face à plusieurs attaques de plusieurs milices dont la CODECO et les ADF (Forces Démocratiques Alliées) depuis 2017.

Des habitants déplorent la poursuite des attaques des groupes armés locaux et étrangers sur les populations civiles alors que certains d’entre eux ont signé des accords de cessez-le-feu avec le gouvernement central congolais.

Les autorités militaire et civile n’ont pas encore réagi aux allégations formulées à la suite de l’attaque de ce vendredi.

_______________

Photo d’illustration : des militaires de la FARDC à Djugu / DR

Previous Gitega : 26 ans après l'assassinat de Mgr Joachim Ruhuna, sa famille réclame toujours justice
Next Mambasa : plus de 80 morts, 19 mille déplacés et 6 structures sanitaires fermées au mois d’août