Itombwe : les militaires burundais et congolais se sont affrontés avec les FNL

Itombwe : les militaires burundais et congolais se sont affrontés avec les FNL

Des combats ont opposé ce mardi les militaires burundais et congolais aux rebelles du groupe armé d’origine burundaise FNL (Forces nationales de libération). Au moins trois mille personnes ont fui leur ménage suite à ces affrontements. Les heurts se sont déroulés dans la zone de Namaramara, territoire de Mwenga en province du Sud-Kivu (Est de la RDC). (SOS Médias Burundi)

Les combats ont duré toute la journée, selon des sources locales. Leurs dires sont confirmés par le commandant en chef des FNL, le général Aloys Nzabampema.

Il affirme que « les militaires burundais et congolais ont attaqué les positions de nos soldats ».

« Ils sont arrivés de Masango et Maheta. Nous avons pu les repousser et tuer 20 militaires des FARDC et de l’armée burundaise. Nous avons aussi capturé un caporal chef de l’armée burundaise […] », affirme le leader FNL.

Selon des habitants, plusieurs personnes ont fui leur ménage suite à ces affrontements.

« Nous sommes plus de trois mille personnes à avoir fui notre localité de Namaramara. On ne comprend pas pourquoi les FARDC et les militaires burundais viennent attaquer Nzabampema alors qu’ils n’ont pas d’équipements appropriés pour le déloger. Nous craignons que les FNL ne se vengent sur nous », raconte un habitant de Namaramara.

Le général Nzabampema dit que trois membres de son groupe ont été blessés lors des combats de ce mardi.

L’armée congolaise n’a pas encore réagi à ces informations. Le porte-parole des opérations Sokola 2 dans le Sud-Kivu s’est contenté de dire que « Je n’ai pas beaucoup d’informations sur ces combats qui se déroulent dans une zone où il n’y a pas de réseau téléphonique ».

Depuis le 15 août dernier, l’armée burundaise est officiellement entrée au Congo dans un cadre bilatéral. Mais des activistes, des leaders de partis politiques et de la société civile et des habitants continuent d’accuser la FDNB (Force de défense nationale du Burundi) de se faire accompagner par des Imbonerakure (membres de la ligue des jeunes du parti présidentiel, le CNDD-FDD) et de collaborer avec des groupes locaux dont les Maï Maï qui lui servent de guides, ce que les responsables de l’armée burundaise ont toujours nié.

Previous Rutana : le gouverneur de province et le responsable du SNR visés par une enquête
Next Affaire- général Yav : 75 militaires de ses collaborateurs désarmés de toute arme lourde