Affaire- général Yav : 75 militaires de ses collaborateurs désarmés de toute arme lourde

Affaire- général Yav : 75 militaires de ses collaborateurs désarmés de toute arme lourde

75 militaires des FARDC (Forces Armées de la République Démocratique du Congo) proches du lieutenant général Philémon Yav, arrêté en début de semaine et transféré à la prison centrale de Makala dans la capitale Kinshasa ont été dépouillés de toutes les armes lourdes en leur possession ce jeudi 22 septembre 2022. L’acte s’est déroulé dans la capitale du Nord-Kivu, Goma à l’est de la RDC. (SOS Médias Burundi)

L’information a été confirmée en début d’après-midi par plusieurs sources militaires sous couvert d’anonymat.

Des sources proches de l’armée congolaise renseignent que, ces 75 militaires proches du lieutenant général Yav, commandant de la 3ème zone de défense des FARDC et commandant des opérations Sokola2 qui avait entre autres missions de combattre le mouvement du 23 mars (M23) et déloger les groupes armés locaux et étrangers arrêté lundi, ont été interpellés ce jeudi matin avant d’être relâchés.Toutefois, ils ont été dépouillés de toutes les armes lourdes qu’ils avaient en leur possession.

LIRE AUSSI :

« Ils n’ont été autorisés qu’à rester avec leurs armes individuelles uniquement », poursuivent nos sources qui précisent qu’il s’agissait d’une mesure préventive suite aux soupçons de haute trahison et de tentative de coup d’Etat qui pèsent sur le lieutenant général Philémon Yav détenu au pavillon 8 de la prison centrale de Makala depuis le lundi 19 septembre.

Selon des sources non encore confirmées par l’armée congolaise, le général Yav serait victime de ses origines et son amitié avec les anciens dirigeants. Originaire de la province du Katanga, il est proche de l’ancien président Joseph Kabila.

Les militaires désarmés sont de toute catégorie confondue, disent nos sources.

_______________________

Photo d’illustration : le rond point BDGL à Goma

Previous Itombwe : les militaires burundais et congolais se sont affrontés avec les FNL
Next Burundi : vers l'abolition de l'institution des Bashingantahe ?