Affaire-Sahabo : la justice explique ses faits

Affaire-Sahabo : la justice explique ses faits

Le procureur général de la République a indiqué ce jeudi après-midi que l’avocate Sandra Ndayizeye et le petit frère du docteur Christophe Sahabo sont détenus pour « confection d’un procès verbal fictif ». Le procès verbal en soi reconnaît Dr Sahabo comme ADG de Kira Hospital. Entre temps, le docteur Sahabo a été transféré à la prison de Ruyigi (Est du Burundi). (SOS Médias Burundi)

Dans un point de presse où les journalistes n’ont pas été autorisés de poser des questions, le procureur général de la République a affirmé que « […], les actionnaires auditionnés ont révélé qu’ils n’ont pas participé à cette Assemblée générale tout en affirmant qu’ils ont été appelés au téléphone pour aller apposer leur signature sur le procès verbal d’une Assemblée générale qui n’a pas eu lieu ».

Sylvestre Nyandwi qui cite les actionnaires interrogés a dit que « les auteurs de ce pseudo procès verbal leur disaient que l’Etat veut leur spolier les actions qu’ils détiennent à Kira Hospital ».

Le 18 septembre 2022, le président du conseil d’administration assurant l’intérim a porté plainte, selon M. Nyandwi. Les enquêtes du parquet de Muha ( sud de Bujumbura) ont révélé, d’après le procureur général que l’avocate Sandra Ndayizeye et le petit frère du docteur Christophe Sahabo ont joué « un rôle clé dans la confection de ce procès verbal fictif ».

LIRE AUSSI :

Et d’être plus précis : « Maître Sandra Ndayizeye et consorts sont poursuivis pour les faits infractionnels ci-haut relatés et non pour avoir assuré la défense du docteur Christophe Sahabo ».

Maître Gustave Niyonzima qui représente Christophe Sahabo devant les juridictions internationales parle d’une affaire émaillée de beaucoup d’irrégularités. Il trouve que la justice est instrumentalisée dans ce dossier. Pour lui, certains officiels qui se comportent comme une mafia veulent « spolier les actions des actionnaires étrangers au sein de la plus prestigieuse clinique du Burundi ».

Il alerte sur une affaire qui peut conduire les investisseurs étrangers à « bouder la petite nation de l’Afrique de l’est ».

Entre temps, M. Sahabo, détenu dans la prison centrale de Bujumbura (ville commerciale) depuis des mois, a été transféré vers celle de Ruyigi (Est du pays),ont confirmé à SOS Médias Burundi des sources crédibles à cette maison d’arrêt dans la soirée.

____________________

Photo : Sylvestre Nyandwi, procureur général de la République du Burundi

Previous Affaire-Sahabo : l'avocate Sandra Ndayizeye et le petit frère du docteur Christophe Sahabo rejoignent Sahabo en prison
Next Cibitoke : 5 orpailleurs tués en moins d'une semaine à Bukinanyana et Murwi