Affaire-Sahabo : l’avocate Sandra Ndayizeye et le petit frère du docteur Christophe Sahabo rejoignent Sahabo en prison

Affaire-Sahabo : l’avocate Sandra Ndayizeye et le petit frère du docteur Christophe Sahabo rejoignent Sahabo en prison

Les deux ont été transférés à la prison centrale de Bujumbura dite Mpimba dans la soirée de ce mercredi. Ils venaient de passer plus de 8h d’audition au parquet de Muha (sud de la ville commerciale Bujumbura). C’était leur deuxième jour d’audition. (SOS Médias Burundi)

Tous les deux avaient été arrêtés ce mardi à Bujumbura, respectivement à leur lieu de travail et domicile dans l’avant-midi et l’après-midi avant d’être envoyés au cachot de la zone de Kinindo (sud de Bujumbura) où ils ont logé la nuit de mardi.

« […], le parquet a carrément manqué des chefs d’accusation contre Me Sandra Ndayizeye et Étienne Sahabo. C’est ainsi qu’il y a eu invention de dire qu’ils ont forcé les autres actionnaires à signer le procès verbal de l’Assemblée générale », indique maître Gustave Niyonzima, qui représente Christophe Sahabo devant les juridictions internationales.

Sandra Ndayizeye, une des avocats du docteur Christophe Sahabo et le petit frère de ce dernier, Étienne Sahabo rejoignent à la prison de Bujumbura l’ancien ADG de Kira Hospital, la plus prestigieuse clinique du Burundi qui vient d’y séjourner durant des mois.

Un peu plus tôt dans la journée, la famille de l’avocate Ndayizeye, fille de l’ancien président Domitien Ndayizeye avait dénoncé le fait qu’elle n’est pas autorisée à entrer en contact avec sa famille pleinement.

« Comment un avocat peut-il être arrêté alors qu’il ne fait que son travail- celui de défendre son client », s’indignent ses proches qui parlent de « détention arbitraire ».

Deux autres actionnaires de Kira Hospital, une femme et un homme qui comparaissaient avec Sandra Ndayizeye et Étienne Sahabo ont été relâchés.

Kira Hospital a comme actionnaire majoritaire l’entreprise d’origine suisse SwissMed International selon les documents officiels et le gouvernement burundais, d’après le président Évariste Ndayishimiye.

LIRE AUSSI :

L’ancien ADG de cet établissement sanitaire qui se trouve être son promoteur est entre autres poursuivi pour « mauvaise gestion et gestion frauduleuse ».

L’actionnaire suisse et ses avocats ont toujours dénoncé son emprisonnement qu’ils qualifient de « détention abusive à caractère politique ».

Les autorités burundaises ne se sont pas encore exprimées sur les derniers développements dans l’affaire Sahabo. Mais en mai dernier, le président Neva avait affirmé dans sa toute première conférence de presse que « j’agirais de la sorte si j’étais procureur », avant d’enfoncer le clou : « les intérêts du gouvernement burundais (majoritaire à 70%) dans la clinique sont menacés ».

_____________________

Photo : Sandra Ndayizeye et Étienne Sahabo

Previous Kayanza : six personnes accusées de tuer un chimpanzé détenues au commissariat provincial
Next Affaire-Sahabo : la justice explique ses faits