Muyinga : plus de 50 opposants en détention

Muyinga : plus de 50 opposants en détention

Des personnes à majorité musulmanes sont incarcérées au cachot de la police de Muyinga (nord-est du Burundi) depuis dimanche le 9 octobre. Elles sont suspectées de tenir une réunion illégale du parti UPD Zigamibanga, aile de l’opposition. Les concernés étaient munis des portraits de l’ex patron du CNDD-FDD, Hussein Radjabu en exil depuis plus de sept ans, selon nos sources. C’est la police locale qui les détient. (SOS Médias Burundi)

Les détenus proveniennent des provinces de Muyinga, de Kirundo, de Ngozi et de Karusi au nord-est du Burundi.

Des femmes y étaient peu nombreuses même si le chiffre n’est pas connu, disent des témoins.

« Certains ont été libérés après une courte investigation. Mais ils étaient , au total plus de 70 individus », a expliqué un policier du commissariat de Muyinga.

Les intéressés ont été arrêtés dimanche 9 octobre 2022 en commune de Muyinga au quartier de Kigwati chez un certain Ndiefi, un enseignant du lycée communal de Cumba en commune de Muyinga .

« Ils faisaient une réunion dans l’après-midi assis sur des petites nattes dont musulmans se servent lors des prières- comme s’ils faisaient la prière », a confié un voisin.

Des Imbonerakure du centre de Muyinga, dirigés par le représentant local de la ligue des jeunes Shabani étaient venus en masse pour les appréhender.

« Quand ils sont venus ils nous ont ordonné de coucher par terre », a dit un des interpellé qui a été relâché.

Les participants à la réunion sont des militants du parti UPD Zigamibanga, aile de l’opposition, affirment des sources locales.

Ils avaient sur eux des portraits d’Hussein Radjabu, ex président du CNDD-FDD, natif de la commune de Muyinga. Cet ancien patron du parti présidentiel est en exil depuis plus de sept ans après s’être échappé de la prison centrale de Bujumbura.

« Le message principal dans cette réunion était de faire savoir à ces militants qu’il ya pour le moment une rébellion naissante qui doit être soutenue par leur parti « , a précisé une source policière.

Selon une source administrative, certains militants du CNDD-FDD s’étaient infiltrés dans le groupe se faisant passer pour de nouvelles recrues.

Les détenus sont gardés aux cachots du commissariat provincial de la police à Muyinga.

Les responsables du parti UPD Zigamibanga ,aile de l’opposition n’ont pas encore réagi à ces allégations. Avant les élections de 2020, plusieurs autres opposants avaient été arrêtés en province de Bururi (sud du pays). Ils étaient aussi en réunion jugée clandestine par les autorités burundaises. Certains d’entre eux ont été libérés récemment dans le cadre de la grâce présidentielle.

___________________

Photo d’illustration : un homme arrêté par la police burundaise, crédit Photo Jean Pierre Aimé Hererimana

Previous Burundi : la compagnie BUCECO revoit à la hausse le prix de son ciment
Next Muyinga : l'administrateur de la commune de Butihinda démis de ses fonctions