Nord-Kivu : une mission humanitaire mise en place pour une assistance aux déplacés de Rutsuru

Nord-Kivu : une mission humanitaire mise en place pour une assistance aux déplacés de Rutsuru

Le gouvernement congolais a décidé ce week-end d’envoyer en toute urgence une mission humanitaire pour porter une assistance aux populations déplacées à la suite des combats entre les FARDC (Forces Armées de la République Démocratique du Congo) et le M23 dans le territoire de Rutshuru dans la province du Nord-Kivu à l’est de la RDC. C’était à l’issue d’une réunion élargie du Conseil supérieur de la Défense dirigée par Félix Tshisekedi, président de la République. En tout, 186 mille personnes ont fui leur ménage depuis la semaine dernière, a remarqué le bureau de la coordination des affaires humanitaires OCHA. (SOS Médias Burundi)

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) indique que la poursuite des combats continue d’entraîner des mouvements des populations et autres violations des droits humains dans les localités de Rubare, Kalengera, Kako, Rangira et Ntamugenga, toujours dans le Territoire de Rutshuru où le M23 et les FARDC ont intensifié des affrontements.

« À Kanyaruchinya, à la périphérie de la ville de Goma au chef-lieu de la province du Nord-Kivu, des familles y arrivent depuis la journée du 27 octobre », a constaté une équipe d’organisations humanitaires en visite pour s’imprégner de la situation.

Des femmes et des enfants fuient la zone de combats avec leurs effets ménagers

Au moins 1 500 personnes seraient arrivées de Rutshuru depuis le 21 octobre, explique OCHA.

Selon la même organisation, depuis la reprise des affrontements, près de 40 mille personnes seraient nouvellement déplacées dans le territoire de Rutshuru. Au moins 12 mille autres ont traversé la frontière pour se rendre en Ouganda.

L’ agence onusienne signale qu’au cours des affrontements de la semaine dernière, les hostilités entre l’armée congolaise et le M23 ont causé le déplacement d’au moins 186 mille personnes.

Au moins 24 sites spontanés ont été créés dans le territoire voisin de Nyiragongo depuis mars 2022, pour héberger près de 22 mille personnes déplacées.

De son côté, la société civile de la RDC envisage une marche. Elle envisage protester contre la dégradation de la situation sécuritaire au Nord-Kivu. Elle accuse le Rwanda, comme les autorités congolaises, d’être l’origine du malheur des Congolais.

« Considérant que de tels agissements portent gravement atteinte à la paix et à la sécurité internationale et mettent à mal les efforts de la RDC visant à consolider le bon voisinage, la paix, la sécurité, la coopération, l’intégration et le développement dans la région des Grands- Lacs, nous rejetons avec fermeté les accusations mensongères du gouvernement rwandais tendant à lier ses multiples agressions et actes terroristes sur le sol congolais à une certaine menace imaginaire qui pèserait sur les citoyens d’expression rwandaise, et à la rhétorique conspirationniste portant sur une certaine collusion, encore une fois imaginaire entre les FARDC et les rebelles rwandais FDLR », peut-on lire dans un communiqué de la société civile rendu public ce dimanche.

Plusieurs déplacés regroupés dans un site improvisé

Le M23 continue de gagner du terrain dans plusieurs localités du territoire de Rutshuru avec la prise des cités de Kiwanja et Rutshuru-Centre samedi dernier.

Dans deux communiqués, le gouvernement rwandais a rejeté les accusations des autorités congolaises qu’il qualifie de « mensongères ».

LIRE AUSSI :

Dans un tweet, le président Paul Kagame a indiqué lundi s’être entretenu avec le Secrétaire général de l’ONU sur les voies et moyens de mettre fin à l’escalade de la situation dans l’est du Congo. Le président rwandais reste convaincu que les processus de Luanda (Angola) et de Nairobi (Kenya) et d’autres efforts internationaux restent le seul moyen de trouver une solution à la crise qui prévaut dans l’est du vaste pays de l’Afrique centrale.

« Nous avons besoin seulement de nous engager à les appliquer », a-t-il dit.

___________________

Photo : des habitants des localités en proie aux combats entre les FARDC et le M23 quittent leur colline pour se réfugier dans les zones jugées plus sécurisées

Previous Ouganda : Ebola à la porte du camp de réfugiés de Nakivale
Next RDC-Rwanda : l'Ouganda indexé au même niveau que le Rwanda