Dzaleka (Malawi) : un véhicule du PAM saisi par des réfugiés pour protester contre la quantité de ration alimentaire

Dzaleka (Malawi) : un véhicule du PAM saisi par des réfugiés pour protester contre la quantité de ration alimentaire

Des réfugiés du camp de Dzaleka au Malawi, qui ont été retirés de la liste de ceux qui recevront la ration alimentaire ont protesté et saisi un véhicule du Programme alimentaire mondial (PAM). Aucun dégât matériel ou humain n’est à déplorer, selon la police. Des interpellations s’en sont suivies. (SOS Médias Burundi)

Les réfugiés ont commencé les manifestations mercredi, exigeant que des responsables du PAM recommencent à leur fournir des rations. Ils affirment que vivre sans aide alimentaire est devenu insupportable. Ils ont assiégé les bureaux des responsables du PAM et la route qui y mène.

Et pour cause, s’insurger contre l’évaluation du PAM, après laquelle environ 600 familles de réfugiés comprenant près de 2.500 personnes ont été retirées de la liste pour recevoir des rations alimentaires en février dernier. Le PAM affirme que ces familles étaient autonomes, citant aussi un financement insuffisant.

Mais certaines familles, principalement originaires de la République Démocratique du Congo et du Burundi, disent être désormais aux prises avec l’insécurité alimentaire.

“Je ne peux pas travailler pour nourrir ma famille, j’ai très faim. Je ne les fustige pas ni ne les insulte, je me plains simplement qu’ils n’ont pas fait un bon jugement en me retirant de la liste, car maintenant je n’arrive pas à obtenir de la nourriture pour mon ménage”, dit un réfugié, chef de ménage.

Les manifestants ont saisi le véhicule des responsables du PAM mercredi lors des manifestations.

“C’est juste un acte symbolique. Ce véhicule appartient à l’Agence qui nous donnait de la nourriture. Alors maintenant, nous l’avons saisi pour que les propriétaires sachent que nous sommes ici et que nous avons faim”, ont-ils indiqué.

Un officiel du PAM au Malawi déplore que les réfugiés ont saisi le véhicule.

“Les responsables du PAM quittaient une réunion avec des partenaires dans les locaux du camp. Le personnel du PAM a été empêché de quitter le camp”.

Un leader communautaire des réfugiés ainsi que la police affirment que « la situation a été maîtrisée sans aucun incident majeur ni violence”.

“Mais leurs doléances sont fondées, que le PAM les remette sur la liste des bénéficiaires des rations alimentaires car ils ont faim », souligne-t-il.

Après quelques heures, le personnel du PAM a quitté le camp indemne. Mais le véhicule du PAM est resté bloqué dans le camp jusqu’à la soirée.

Le HCR et PAM tranquillisent. Ils disent qu’un recensement général se conduit jusque fin décembre dans ce camp. Il permettra à tous les réfugiés, y compris ceux qui n’ont pas reçu d’assistance alimentaire, l’occasion d’expliquer leur situation en matière de sécurité alimentaire.

Le camp de Dzaleka abrite environ 52 mille réfugiés dont 11 mille Burundais.

___________________

Photo d’illustration : une pancarte indiquant le camp des réfugiés de Dzaleka

Previous Gitega : le prix des produits vivriers monte jusqu'au double, des habitants s'inquiètent
Next Rumonge-Bujumbura : les produits- Brarudi sont exportés vers la RDC et manquent localement