Rumonge-Bujumbura : les produits- Brarudi sont exportés vers la RDC et manquent localement

Rumonge-Bujumbura : les produits- Brarudi sont exportés vers la RDC et manquent localement

Depuis des mois, il est rapporté un manque criant des produits- Brarudi (Brasserie et limonaderie du Burundi) dans différentes localités du pays. À Bujumbura (capitale économique) et Rumonge (sud-ouest du Burundi), des commerçants et des consommateurs dénoncent une exportation vers la RDC (République Démocratique du Congo) de ces produits qui manquent éperdument. Des sources au sein de la Brarudi ont depuis expliqué la carence par un manque de devises dans le pays. (SOS Médias Burundi)

Alors qu’ils ont de difficultés à trouver des boissons à offrir à leurs clients, des propriétaires de bars et hôtels à Rumonge accusent les grossistes d’exporter les boissons -Brarudi en RDC voisine.

« Nous sommes surpris de voir des camions- remorques remplis de produits -Brarudi déchargés dans des bateaux qui emmènent la marchandise convoitée vers la RDC. C’est bizarre. Et l’administration ne réagit jamais. Apparemment, c’est un compromis entre le gouvernement et la Brarudi », se désolent des habitants de Rumonge.

Pour la seule journée de jeudi de cette semaine par exemple, des témoins affirment avoir compté au moins six camions- remorques déchargés au port commercial de Rumonge.

Prix

Alors que le prix des boissons a récemment été revu à la hausse par l’entreprise, il ne cesse d’être revu à la hausse par des propriétaires de bars et d’hôtels. À Rumonge, une Amstel est vendue jusqu’à trois mille francs burundais, le prix officiel étant de 2700 francs burundais par exemple.

Dans cette province du sud-ouest comme dans la ville commerciale Bujumbura, des propriétaires de bars et hôtels se plaignent qu’ils trouvent difficilement ou pas les boissons de la plus ancienne brasserie du Burundi. Certains avouent même qu’ils envisagent de fermer leur commerce.

« L’approvisionnement des mini-dépôts en produits- Brarudi se fait toujours par alternance et régulation des quantités en Amstel, Primus et petit Primus. Leur distribution dans les bistrots se fait de manière limitée et irrégulière. C’est difficile. On travaille à perte et risquons de fermer », regrettent-ils.

L’augmentation du prix des boissons et du ciment à laquelle s’ajoute la hausse généralisée du prix des denrées alimentaires rend de plus en plus difficiles les conditions de vie de la population qui exhorte les autorités à « laisser entrer les produits essentiels dans le pays sans payer les frais d’importation et diminuer les taxes sur les produits de première nécessité ».

Plusieurs autorités locales affirment que « la plupart de familles vivent dans une situation d’extrême pauvreté ».

Certains administratifs comme en province de Kayanza (nord du Burundi) ont dernièrement informé le premier ministre Gervais Ndirakobuca que « 40 habitants sur 50 que nous recevons ,viennent vers nous pour des raisons de pauvreté. L’augmentation des prix a déclenché une situation d’extrême pauvreté chez les habitants ».

_________________

Photo d’archives : des produits Brarudi embarqués du port de Rumonge vers la RDC

Previous Dzaleka (Malawi) : un véhicule du PAM saisi par des réfugiés pour protester contre la quantité de ration alimentaire
Next Nakivale (Ouganda) : le PAM actualise ses données