Rutana : le chef de colline de Butezi interpellé un mois après sa destitution

Rutana : le chef de colline de Butezi interpellé un mois après sa destitution

Vincent Butoyi a été arrêté par la police jeudi dernier à son domicile sur la colline de Butezi de la commune de Giharo. C’est en province de Rutana (sud-est du pays). Selon des sources concordantes, son arrestation est survenue après la disparition d’un certain Gamaliel Vyuname de cette colline. Il aurait été victime des propos prononcés le jour de la remise et reprise entre l’ancien chef de colline et son remplaçant. L’ex chef de colline de Butezi est poursuivi pour avoir commandité l’assassinat de cet homme. (SOS Médias Burundi)

Gamaliel Vyuname avait, lors des cérémonies de remise et reprise dénoncé les contributions destinées à la construction du bureau collinaire et à la construction du pont se trouvant sur cette colline. Des contributions qui ont été détournées.

Selon nos sources, M. Vyuname a été appelé au téléphone par un individu non encore identifié il y a deux semaines pour aller récupérer de l’argent qu’il avait prêté à un individu de cette colline qui habite actuellement en Tanzanie.

Depuis cet appel, la famille de Vyuname ne l’a plus revu. Son vélo a été retrouvé sur les rives de la rivière Maragarazi séparant le Burundi et la Tanzanie.

L’homme avait porté plainte chez Vincent Butoyi alors chef de colline contre celui qui lui devait de l’argent. C’est pourquoi Butoyi a su que dire pour lui tendre un piège.

« Il a gardé une dent contre lui suite aux propos tenus le jour de la remise et reprise », a expliqué un proche de Gamaliel Vyuname.

Une source proche du dossier a signalé que le corps de Gamaliel Vyuname a été découvert de l’autre côté de la rivière Maragarazi.

« Son corps était en décomposition avancée. Il a été retrouvé en début de semaine dernière non loin de la Maragarazi sur le territoire tanzanien », raconte notre source.

Vincent Butoyi avait été cité dans plusieurs cas d’assassinats depuis 2007. Mais il a toujours bénéficié de l’impunité grâce à sa position au sein du parti présidentiel, le CNDD-FDD dans la localité. Il a été aussi pointé du doigt dans des arrestations arbitraires des opposants dans la commune.

Il est gardé au cachot du commissariat communal de Giharo. Des habitants de cette commune demandent que justice soit faite.

__________________

Photo : les bureaux de la province de Rutana

Previous Burundi : le journaliste Jérémie Misago retrouvé et présenté à la presse
Next Ituri et Nord-Kivu : au moins 18 civils tués depuis dimanche