Ituri et Nord-Kivu : au moins 18 civils tués depuis dimanche

Ituri et Nord-Kivu : au moins 18 civils tués depuis dimanche

Depuis dimanche dernier, des assaillants assimilés aux ADF (Forces Démocratiques Alliées) mènent des attaques dans différentes localités des provinces de l’Ituri et du Nord-Kivu à l’est de la République Démocratique du Congo. Le bilan fourni par la société civile locale fait état de 18 personnes tuées, des maisons et des biens brûlés. Plusieurs habitants ont fui leur ménage, craignant pour leur sécurité. La société civile implore l’armée congolaise de redoubler d’efforts pour sécuriser la population. (SOS Médias Burundi)

Selon des sources locales, les victimes des attaques sont de différents villages.

Ellles précisent que les victimes sont originaires de la commune d’Oicha et Mamove, dans les agglomérations d’Akwekwe, Moliso-Makakwa et Kalalangwe ainsi que du secteur Beni-Mbau.

« […] cinq civils ont été tués à Akwekwe, deux à Moliso-Makakwa, neuf autres à Kalalangwe, à la frontière entre le Nord-Kivu et l’Ituri », a détaillé Kinos Katuo, représentant de la société civile à Mamove. Avant de rappeler que « les habitants ont vidé les lieux » estimant que la présence des assaillants constitue un danger pour les habitants des villages de Masenze, Mambume, Tapis-Rouge et Karéseau.

Selon la société civile, plusieurs combattants seraient présents dans les localités de Kasoko, Mambume et Mutweyi. Elle appelle les FARDC (Forces Armées de la République Démocratique du Congo) à les traquer.

Deux autres victimes ont été tuées au village de Lolwa dans la chefferie de Babila-Bakwanza.
C’est à près de 60 kilomètres de Mambasa en province de l’Ituri, selon nos sources.

C’était pendant la nuit de ce lundi que la tuerie a eu lieu. Matadi Jean-Baptiste Muyapandi, administrateur policier du territoire de Mambasa confirme l’information.
Il indique qu’en plus des deux personnes tuées,
des maisons et un véhicule ont été brûlés.

La région reste plongée dans l’insécurité malgré les opérations conjointes des armées congolaise et ougandaise et l’état de siège en cours depuis mai 2021.

__________________

Photo d’illustration : un rond-point dans la ville d’Ituri

Previous Rutana : le chef de colline de Butezi interpellé un mois après sa destitution
Next Rumonge : 20 ans de servitude pénale contre un homme coupable d'assassinat de sa femme