DROITS HUMAINS : L’ Acat Burundi recense 220 cas de torture de 2017 à nos jours

DROITS HUMAINS : L’ Acat Burundi recense 220 cas de torture de 2017 à nos jours

Dans sa déclaration sortie à l’occasion de la journée internationale pour le soutien aux victimes de la torture, L’ACAT Burundi épingle le gouvernement burundais.

Dans sa déclaration, l’Action des Chrétiens pour l’Abolition de la torture au Burundi (Acat Burundi) déplore que le Burundi se soustraie de ses obligations car les victimes des crimes de torture ainsi que leurs familles ne savent plus où donner la tête.

Selon cette organisation, elles sont privées de leur droit à l’accès à la Justice pour la simple raison que l’appareil judiciaire burundais est transformé en instrument de répression des opposants ou présumés au service du Pouvoir Exécutif.

L’ACAT rappelle que 2015 a été le début de fortes répressions infligées par le Gouvernement à l’encontre de ses opposants ou les acteurs de la société civile. «La torture a depuis été utilisée et continue de servir comme moyen d’intimider, d’extorquer les vœux ou encore d’humilier toute personne qui ose dire ce ne qui ne marche pas au Burundi», peut-on lire dans la même déclaration.

ACAT-Burundi se dit préoccupée que le processus électoral de 2020 s’accompagne de recrudescence de graves violations des droits de l’homme dont les statistiques en matière de torture ne cessent d’accroître ainsi que le manque de volonté du gouvernement à prendre des mesures adéquates visant à abolir la torture.

L’organisation recommande au gouvernement burundais de mettre en œuvre ses engagements de respect des droits de l’Homme et des libertés fondamentales.

#BurundiCrisis #Burundi

Previous Un employé de l'OBR arrêté par la police à Bujumbura
Next Suspension des activités de Medical Teams International au Camp de réfugiés de Mtendeli (Tanzanie)

About author

You might also like

Société

La CVR a exhumé plus de dix mille restes humains à Karusi et Gitega

Les chiffres ont été communiqués par le président de la Commission Vérité et Réconciliation hier. C’était à l’occasion de la présentation du bilan de l’excavation des fosses communes situées sur

Société

Bujumbura : un ancien technicien de la radio Bonesha introuvable

Innocent Muryango, ancien technicien de la radio Bonesha FM a répondu à un appel d’un employé de la Mairie de Bujumbura vendredi dernier. Depuis ce jour, aucune trace. Ses proches

Société

Burundi: l’olucome alerte sur un détournement des fonds de l’État

L’observatoire de lutte contre la corruption et les malversations économiques ( Olucome) affirme qu’au moins cent quatre-vingt trois millions de francs burundais ont été détournés en mai dernier. L’argent était

0 Comments

No Comments Yet!

You can be first to comment this post!

Leave a Reply