Rumonge : 8 militants du parti CNL emprisonnés sans être jugés

Rumonge : 8 militants du parti CNL emprisonnés sans être jugés

Ils viennent de passer 4 mois à la prison centrale de Rumonge (Sud-Ouest du pays) communément appelée « Murembwe ». Personne n’a jusqu’ici été jugé. Leurs camarades dénoncent une injustice. (SOS Médias Burundi)

Deux des militants du parti CNL ont été arrêtés sur la colline et zone de Gatete en commune et province de Rumonge. La permanence du parti CNL dans cette même zone n’a jusqu’ici pas encore été ouverte. Le propriétaire de la maison qui devrait l’abriter avait également été arrêté pour avoir loué sa maison au parti CNL avant d’être relâché après.

Cinq autres militants ont été interpellés dans les localités de Kizuka (commune de Rumonge) et Gitaza (commune de Muhuta). C’est la police qui les a appréhendés.

Quelques jours après leur arrestation, les écrits qui se trouvaient sur le mur de la permanence du parti CNL à Gitaza ont été effacés par des inconnus. Des Imbonerakure (jeunes affiliés au parti CNDD-FDD) sont soupçonnés d’êtres les auteurs.
« Tous sont accusés d’avoir tenu des réunions clandestines », a confirmé à SOS Médias Burundi un leader local du CNL.

La représentation locale du CNL dénonce ce qu’elle qualifie d’emprisonnement « illégal et arbitraire ». Elle exige la libération des huit prévenus.

Le secrétaire provincial du parti CNDD-FDD, Diomède Niyonsaba a rejeté les accusations des partis de l’opposition contre des Imbonerakure pointés du doigt pour leurs entraves aux activités des partis d’opposition, le CNL en particulier.

Previous Nduta (Tanzanie) : recrudescence de l’insécurité après deux semaines d'accalmie au camp
Next Rumonge, ville « la plus propre » : des habitants étonnés