La cour d’appel de Ntahangwa  maintient en détention les journalistes d’Iwacu (Bujumbura)

La cour d’appel de Ntahangwa maintient en détention les journalistes d’Iwacu (Bujumbura)

La décision de la cour d’appel de Ntahangwa (Bujumbura) est tombée cet après-midi. Seul leur chauffeur a été acquitté. (SOS Médias Burundi)

Les avocats des quatre journalistes du groupe de presse Iwacu déplorent la décision de maintien en détention. « C’est pénible pour nos clients pas encore notifiés de la décision », ont-ils réagi. Tous se disent prêts à défendre nos confrères et consœurs lors de la prochaine étape, le fond de l’affaire.

«C’est un coup dur. Nous sommes tristes suite à la décision prise par la cour d’appel parce que ces journalistes n’ont rien fait qui mérite qu’ils soient maintenus en prison. Maintenant, nous allons nous battre sur le fond, nous allons continuer notre action. Je suis triste aussi parce que ces juges, ils ne trouveront rien à ces terribles accusations de complicité d’atteinte à la sécurité intérieure de l’État. C’est un sentiment de tristesse mais qui ne nous anéantit pas. Nous resterons toujours debout. C’est dans les moments difficiles que les grands hommes se révèlent. À Iwacu il y a des grandes dames et des grands hommes. C’est une autre page de l’histoire du journalisme qui est en train de s’écrire. Un jour, on retiendra que des journalistes sont restés debout malgré tout », a indiqué à SOS Médias Burundi, Antoine Kaburahe, directeur du groupe de presse Iwacu.

Agnès Ndirubusa, Christine Kamikazi, Térence Mpozenzi et Egide Harerimana devront rester en prison.

Seul Adolphe Masabarakiza, leur chauffeur a été acquitté.

Les quatre journalistes sont accusés de «complicité d’atteinte à la sûreté intérieure de l’État ». Ils ont été arrêtés le 22 octobre dernier dans la commune de Musigati (province de Bubanza, ouest du Burundi) alors qu’ils étaient en reportage pour enquêter sur l’attaque d’un groupe armé en provenance de la République Démocratique du Congo.

Previous Attaque de Mabayi (Kibira) : Kigali rejette la responsabilité 
Next Reporters Sans Frontières déçu par le maintien en détention des journalistes d'Iwacu