Le Burundi rejette les accusations du Président américain d’être une menace à son pays

Le Burundi rejette les accusations du Président américain d’être une menace à son pays

Le gouvernement burundais a rejeté aujourd’hui les accusations du président des États-Unis d’Amérique, Donald Trump, selon lesquelles le Burundi est une menace à la sécurité intérieure et à la politique étrangère de la première puissance mondiale. (SOS Médias Burundi)

Dans une déclaration, le porte-parole du gouvernement burundais rappelle  que le président Donald Trump a accusé le Burundi d’être une menace pour les USA. Prosper Ntahorwamiye se base sur le contenu d’un communiqué sorti par le bureau du président américain le 19 novembre 2019. «Le Burundi ne  constitue pas une menace à la sécurité intérieure des USA et à sa politique étrangère ni à la stabilité de la région », a-t-il  répliqué.

Le gouvernement burundais se dit surpris de ces «affirmations tendancieuses » qui arrivent au moment où les autres partenaires internationaux comme les Nations Unies ont un regard positif sur le Burundi, a souligné Ntahorwamiye. «Le gouvernement burundais demande au président américain de reconsidérer sa position sur le Burundi, et le cas échéant, sursoir à cette affirmation sans nulle doute controverse », a-t-il précisé.

Previous Des mesures du gouverneur provoquent des mouvements de grève à Makamba
Next Une attaque à la grenade fait un mort et plusieurs blessés à Ngozi