Environ 2400 personnes ont fui le Burundi entre janvier et février 2020

Environ 2400 personnes ont fui le Burundi entre janvier et février 2020

Dans le dernier rapport qui vient d’être publié, le HCR montre que les deux premiers mois de l’an 2020 ont connu un mouvement massif des Burundais qui se sont exilés. Près de 2400 d’entre eux ont été accueillis au Rwanda, en Ouganda et en RDC. (SOS Médias Burundi)

C’est l’Ouganda qui a enregistré plus de Burundais qui ont fui en janvier-février de cette année avec 1066 demandeurs d’asile. La RDC a accueilli quant à elle 840 tandis que le Rwanda a donné refuge à 479.

Selon le HCR, aucun Burundais n’a fui vers la Tanzanie depuis le début de cette année, un pays qui a pourtant accueilli plus de 70% des réfugiés depuis la crise de 2015.

“Cela fait suite au climat d’insécurité et de retour forcé que la Tanzanie inflige aux Burundais. Et, les réfugiés alertent leurs compatriotes et personne ne va plus la-bàs même en cas de menaces au Burundi” a expliqué dernièrement Léopold Sharangabo, vice-président de la Coalition des défenseurs des droits de l’homme vivant dans les camps de réfugiés.

Climat de peur à l’approche des élections de mai au Burundi

Le HCR précise que les personnes qui ont fui dans les premiers mois de cette année s’ajoutent à plus de 11.250 autres qui avaient quitté leur pays à la fin de 2019.

Selon cette agence Onusienne, “les Burundais n’ont pas confiance en cette période électorale qui s’annonce dure et inquiétante surtout aux membres des partis d’opposition, ils préfèrent quitter le pays pour se mettre à l’écart d’un lendemain incertain”.

Vue partielle du camp des Burundais de Mahama (Rwanda)

D’après nos sources à Lusenda, à Nakivale et à Mahama, trois camps de réfugiés respectivement installés en RDC, en Ouganda et au Rwanda, plus de 90% de ces demandeurs d’asile sont des militants (ou leurs familles) du CNL, parti principal d’opposition au Burundi.

Ils sont originaires des provinces de Muyinga( nord-est) et de Ruyigi( est). Certains ont affirmé qu’ils ont dû passer par la Tanzanie, frontalière avec leurs provinces d’origine, pour rejoindre l’Ouganda.

Covid-19, un frein au mouvement de fuite

Quand ces Burundais ont fui, les frontières des pays d’accueil étaient encore ouvertes.
Pour le moment, le HCR s’inquiète que les mesures prises dans le cadre de lutte contre le coronavirus notamment la fermeture des frontières pourront empêcher les gens à fuire alors qu’ils sont menacés.

Le HCR demande aux pays de la communauté est africaine ( EAC) de rester généreux et laisser les frontière perméables aux Burundais qui pourraient leur demander asile.

Rapatriement de quelques réfugiés Burundais de la Tanzanie. (Image d’archive)

Le Rwanda a affirmé qu’il ne peut pas repousser ceux qui s’y rendent pour y chercher refuge malgré cette pandémie.

Plus de 80.000 burundais rapatriés

Cependant, l’agence onusienne rappelle qu’elle a continué à assister les réfugiés burundais qui ont choisi de rentrer volontairement. Et plus de 80.000 d’entre eux, essentiellement en provenance de la Tanzanie ont regagné le Burundi.

Plus de 333.600 Burundais vivent encore dans les camp de réfugiés au Rwanda, en Tanzanie, en RDC et en Ouganda.

Previous Un élu collinaire en détention à Mugamba
Next Burundi - Covid-19 : près de 3 000 personnes placées en quarantaine

About author

You might also like

Réfugiés

Nyarugusu: les autorités tanzaniennes ont ordonné la destruction des champs de réfugiés burundais

Depuis samedi dernier, les réfugiés burundais du camp de Nyarugusu ont reçu l’ordre de détruire tous les champs de cultures, à l’exception de ceux de légumes. L’ordre a été donné

Réfugiés

La Tanzanie détruit les maisons des réfugiés burundais qui rentrent

La décision est en vigueur depuis 2017 mais elle a pris une allure qui inquiète les réfugiés depuis le mois passé. Toutes les maisons de réfugiés qui retournent au Burundi

Réfugiés

Nakivale (Ouganda) : une centaine de réfugiés burundais exigent d’être rapatriés dans l’immédiat

Un groupe de plus de cent réfugiés burundais du camp de Nakivale en Ouganda ont écrit une lettre qu’ils ont adressé au HCR, aux présidents burundais et ougandais pour exprimer