Covid-19 – Tanzanie : le camp de Nduta coupé de l’extérieur

Covid-19 – Tanzanie : le camp de Nduta coupé de l’extérieur

Depuis une semaine, la population Tanzanienne vivant autour du camp de Nduta n’est plus autorisée à s’y rendre. Pourtant c’est la seule façon d’approvisionner en produits vivriers les réfugiés. La mesure a été prise pour limiter la propagation du Covid-19, selon des autorités. (SOS Médias Burundi)Depuis une semaine, aucun produit vivrier (fruits et légumes) et de première nécessité n’arrive.

Avec l’interdiction de mouvement dans le camp la situation est préoccupante, estiment des réfugiés. Elle fait craindre à ces derniers « une catastrophe alimentaire ».

Les tanzaniens nous vendaient des haricots, de tout. Si ça ne rentre pas, c’est que la famine nous guette. Et des maladies avec. Ce sont les enfants qui vont être le plus touchés.

Réfugiés burundais

Risque de tensions entre les deux communautés

On a des centres de négoce qui ont ont été construits à l’intérieur du camps pour faire en sorte qu’il y ait une bonne cohabitation. Là tout peut être remis en question.

Réfugiés burundais

Les employés des organisations humanitaires continuent d’accéder à Nduta avec des précautions comme le lavage des mains. « Pourquoi ne pas demander aux tanzaniens d’utiliser les mêmes passages? », s’interrogent des habitants du camp.

Il y a des points de lavage des mains pour les humanitaires. On leur prend aussi la température à l’entrée. Les Tanzaniens pourraient être testés de la même manière au lieu de bloquer leur accès.

Habitants du camp

Pour l’heure, il n’y a pas eu de cas de Coronavrus dans les camps de réfugiés de Tanzanie. Quant au pays, il a déjà recensé plus de 480 cas positifs.

Previous PHOTO DE LA SEMAINE : deux cortèges de candidats à la présidentielle se croisent
Next Bururi-Rumonge: des CNL privés de carte d'électeur

About author

You might also like

réfugiés

Nduta (Tanzanie) : au moins 200 enseignants victimes d’une intoxication alimentaire

Des enseignants du primaire et du secondaire du camp des réfugiés burundais de Nduta sont tombés malades, apprend-on. C’est après un repas pris en commun ce mercredi que les premiers

réfugiés

Uvira: plus de 2500 demandeurs d’asile demandent au HCR de les transférer dans un camp de réfugiés

Tous sont des Burundais. Ils sont installés dans les camps de transit de Sange et Kavimvira ( territoire d’Uvira, province du sud Kivu à l’est de la RDC). Certains viennent

réfugiés

Nduta (Tanzanie) : plusieurs réfugiés sans abris appellent au secours

L’ONG norvégienne NRC (Conseil Norvégien pour les Réfugiés) qui s’occupe de la construction de maisons dans le camp de réfugiés burundais de Nduta s’est vue retirée l’autorisation ces derniers temps.Ce