Fizi: 102 familles de réfugiés burundais délocalisées suite à de fortes pluies


Elles étaient installées dans le secteur Tanganyika, territoire de Fizi (province du Sud-Kivu, à l’est de la RDC) depuis 1972. Délogées par des pluies diluviennes en avril et mai dernier, elles ont été accueillies dans des écoles et églises. (SOS Médias Burundi)

Depuis, ces familles n’ont reçu aucune aide et disent vivre dans des conditions très déplorables. « Nous éprouvons beaucoup de difficultés pour faire vivre nos filles. Depuis 1972, nous sommes installés ici, nous vivons de l’agriculture, de la pêche et d’autres activités génératrices de revenus. Mais en avril et mai dernier, de fortes pluies ont détruit nos champs et maisons. Nous n’avons plus rien pour nourrir nos familles », racontent Rémy Ndadaye et Mica Ntahiraja, deux pères de famille rencontrés dans une paroisse de l’église Méthodiste Libre où ils ont été accueillis.

Comme l’a remarqué notre reporter, la paroisse ne leur a offert que le toit. Ces Burundais demandent au HCR de les assister.

Peur de Coronavirus

Pour Emelyne Ndayisaba, en plus de problèmes communs qu’elle partage avec les autres Burundais, elle a peur que « le Coronavirus ne puisse se propager dans ces endroits où il est très difficile d’observer des mesures de protection contre la Covid-19 ».

Des réfugiés burundais dans des des barques sur le lac Tanganyika

Bonus Harerimana, représentant des réfugiés burundais urbains de 1972 à Fizi implore la clémence du HCR et des autorités congolaises.

Le responsable du secteur Tanganyika quant à lui souligne que le problème ne concerne pas seulement les réfugiés burundais. « Il y a plusieurs milliers de familles congolaises qui ont été victimes des inondations. Mais elles n’ont pas été jusqu’ici assistées. Il y a une ONG qui va prochainement venir en aide aux ménages dont les champs, maisons et bétail ont été emportés par les pluies diluviennes et glissements de terrain », a-t-il rassuré.