Burundi-Diplomatie: l’UE séduit le nouveau président

Burundi-Diplomatie: l’UE séduit le nouveau président

Ce lundi, le président Évariste Ndayishimiye a reçu les ambassadeurs de France, de la Belgique, de l’Allemagne et de l’Union Européenne au Burundi.Ils ont souhaité le rétablissement de bonnes relations entre le Burundi et l’UE. (SOS Médias Burundi)

Jean Claude Karerwa Ndenzako, porte parole du Président a dit aux reporters que les quatres ambassadeurs étaient porteurs « d’un message de félicitation et soutien au chef de l’État burundais ».

Ils s’étaient également déplacés de la capitale économique Bujumbura ( ouest du Burundi) à Gitega ( capitale politique, centre) pour demander à Ndayishimiye qu’il y ait rétablissement de relations entre leurs pays et la nation de l’Afrique de l’est.
« Ces diplomates demandent que le Burundi, les pays de l’UE, et l’UE s’engagent dans un dialogue franc qui permettrait de renouer les rapports de coopération », a-t-il souligné.

Pour l’ambassadeur de France, il a été aussi question d’inviter M. Ndayishimiye à prendre part au sommet France-Afrique, prévue à Paris l’an prochain.

Quant au représentant de l’UE, il l’a invité à se joindre aux autres dirigeants africains lors du sommet UE-UA qui devrait avoir lieu en octobre prochain.

Comme il l’a répété depuis son accession au pouvoir et au cours des cinq dernières années en tant que patron du CNDD-FDD, le président Ndayishimiye a rappelé que son pays n’acceptera qu’un système de coopération gagnant-gagnant.
« S’ils veulent coopérer avec le Burundi, ils doivent d’abord comprendre que le Burundi a toujours privilégié des rapports de coopération d’entente mutuelle, une coopération gagnant-gagnant, qui respecte les conventions et traités internationaux », a expliqué à ses invités M. Ndayishimiye.

L’ambassadeur de Chine au Burundi dépose une gerbe de fleurs sur la tombe de feu Pierre Nkurunziza.

Les relations entre le Burundi et l’UE se sont détériorées depuis 2016. Depuis le 14 mars de cette année, l’UE a suspendu tout appui budgétaire. La mesure a été prise près d’une année après le début de la crise déclenchée par la décision de feu Pierre Nkurunziza de briguer un autre mandat controversé. Les autorités burundaises ont toujours décrié la mesure, accusant les pays de l’UE de soutenir des putschistes et ennemis du Burundi en vue d’obtenir un changement de régime.
Au moment où les quatre ambassadeurs étaient reçus par le nouveau président burundais, Li Changlin de Chine était dans la capitale politique pour une autre raison : déposer une gerbe de fleurs sur la tombe de feu Pierre Nkurunziza, un grand ami et allié de la Chine.

____________________

Photo: l’ambassadeur d’Allemagne au Burundi reçu en audience par le président de la république du Burundi /DR

Previous Affaire Kayogoro : deuxième comparution des accusés
Next L’OLUCOME exhorte le président et les membres du gouvernement à déclarer leurs avoirs