Affaire Germain Rukuki: Amnesty International demande au nouveau siège de lui assurer une justice équitable


La cour suprême du Burundi a cassé la décision de la cour d’appel de Ntahangwa (nord de Bujumbura) condamnant à 32 ans de prison l’activiste Germain Rukuki. L’affaire a été renvoyée de nouveau à cette cour.( SOS Médias Burundi)

Le siège sera autrement constitué. Amnesty International salue la décision et demande aux juges du nouveau siège de libérer Rukuki.
Pour Rachel Nicholson, chercheuse sur le Burundi et le Rwanda à Amnesty International, il s’agit d’un développement positif. Toutefois, elle estime que « Germain Rukuki n’aurait jamais dû être arrêté ». Elle demande sa libération immédiate et sans conditions.

Au nouveau siège, Nicholson exige une justice équitable.
« Jusqu’ici nous avons observé plusieurs irrégularités dans le traitement du dossier de Germain Rukuki et dans les audiences précédentes. Nous exhortons au nouveau siège d’assurer une justice équitable à Germain Rukuki », a-t-elle insisté dans une interview accordée à SOS Médias Burundi.