Muyinga: une maladie non encore identifiée depuis des mois fait douter


Depuis des mois, plusieurs personnes ont été touchées par une maladie assimilée à l’ulcère de la peau dans les communes de Butihinda et Giteranyi, en province de Muyinga (nord-est du Burundi). Selon des sources locales, tous les malades sont originaires des localités à extraction de minerais, principalement de l’or. Des habitants ont soupçonné la consommation de l’eau qui pourrait probablement être polluée par la société « African Mining Burundi ». Des échantillons ont été prélevés, analysés au Burundi et à l’étranger, mais les résultats n’ont jamais été communiqués, selon des sources proches du dossier. Des habitants craignent le pire et demandent des mesures de protection. (SOS Médias Burundi)

Dans les deux communes de Butihinda et Giteranyi, plus de deux cents personnes souffrent de la maladie qui apparaît comme une ulcère. C’est Médecins Sans Frontière (MSF) qui s’occupe des patients dont les plaies guérissent, selon une source médicale chez MSF.

D’après des sources médicales, les symptômes de la maladie sont les mêmes pour tous les patients.

« Le patient a d’abord des démangeaisons autour d’un petit bouton qui apparaît sur les organes inférieurs surtout tout près de la cheville. Il se gratte infiniment et la bouton finit par se transformer en une plaie qui s’agrandit systématiquement. Même quand on la traite, ça continue à pourrir et devient grande. C’est après plusieurs jours de traitement que la plaie se referme », a expliqué un infirmier local tout en ajoutant que plusieurs patients continuent d’affluer aux centres de santé de la localité.

Les premiers cas avaient été identifiés en commune de Vumbi (province de Kirundo, nord) frontalière avec Butihinda il y a plusieurs mois.

À l’époque, le ministère en charge de la santé et des professionnels de santé ont été alertés. Des échantillons ont été prélevés et envoyés au laboratoire de l’INSP (Institut National de Santé Publique) pour analyse.

Toutefois, les résultats n’ont pas été communiqués. Des gens pensent que la maladie aurait été causée par des produits utilisés par « African Mining Burundi », une société qui extrait de l’or. Un conduit d’eau utilisée par l’entreprise contiendrait de l’arsenic, un métal très nocif à la santé.

« Cette eau est uniquement utilisée pour l’extraction de l’or », insiste une source au sein de l’entreprise.

Pour se rassurer, les autorités en charge de la santé ont commandé deux autres analyses dans deux laboratoires au Kenya et en Ouganda, en plus de celle de l’INSP.

Des habitants des localités citées restent convaincus qu’ils sont victimes d’ « une pollution de l’eau par les travaux d’extraction de minerais ».

Ils demandent aux autorités sanitaire et administrative de prendre des mesures pour les protéger.