Makamba : les membres de la Commission Nationale des Terres et autres Biens accusés de corruption


Province de Makamba

Des habitants de la commune de Nyanza-lac, en province de Makamba (sud du Burundi) reprochent aux membres de la commission au niveau provincial d’avoir engagé des commissionnaires qui récoltent de l’argent dans la population. Les responsables de la commission ont organisé une réunion pour recueillir des doléances. (SOS Médias Burundi)

Selon des habitants contactés, les membres de cette commission attribuent des terres et d’autres biens aux personnes qui n’ont pas quitté le pays pendant la crise de 1972. Normalement, dans cette partie du Burundi, ce sont des rapatriés qui avaient fui les massacres de cette année qui sont en train d’être réhabilités dans leur droit depuis plus de dix ans. La plupart avait choisi la Tanzanie voisine comme terre d’exil.

« Des commissionnaires collectent de l’argent qu’ils apportent aux membres de la commission qui, à leur tour attribuent des terres et autres biens appartenant aux particuliers et institutions étatiques à des personnes qu’ils veulent », déplore un habitant de Nyanza-Lac.

Selon nos informations, les commissionnaires se font passer pour des représentants de rapatriés alors qu’ils n’ont jamais été nommés par des anciens réfugiés.

Les allégations sont aussi confirmées par le président de la commission. Félicien Nduwuburundi promet des mesures pour y parier.

La province de Makamba compte 6725 litiges liés aux conflits fonciers.
Plus de 4400 dossiers concernent la seule commune de Nyanza-Lac.