Rutana : le CNDD-FDD collecte des contributions forcées

Rutana : le CNDD-FDD collecte des contributions forcées

Le parti au pouvoir a lancé depuis quelques semaines une campagne de collecte de contributions pour la construction d’un immeuble provincial à Rutana (Sud-est du Burundi). Des habitants et fonctionnaires y compris des militants du CNDD-FDD dénoncent « une manière de les rançonner ». Il est reproché au secrétaire provincial du parti présidentiel d’usurpation de pouvoir. (SOS Médias Burundi)

Selon des sources locales, les contributions sont généralement constituées d’argent. « Le secrétaire provincial du CNDD-FDD s’active dans la collecte des fonds. Il a rédigé un message qu’il fait circuler dans des groupes WhatsApp. Il exige aux chefs de service de collecter des fonds. Mais ces fonds dépassent naturellement les moyens des fonctionnaires », témoignent des employés du secteur de la santé.

Et de poursuivre, « En plus, il menace ceux qui ne s’acquittent pas de la somme exigée. Il a intimé l’ordre aux chefs de service de dresser des rapports qui doivent lui parvenir par le biais des secrétaires communaux du CNDD-FDD ».

Une mesure unilatérale

D’après des sources proches du dossier, le représentant provincial du CNDD-FDD exige des montants de loin supérieurs à des sommes convenues entre les natifs de Rutana, les autorités provinciales et les représentants du parti au pouvoir. « Chaque enseignant doit payer cinq mille francs burundais. Les infirmiers eux sont obligés de contribuer à hauteur de dix mille francs », confie un fonctionnaire.

Et de préciser, « Lors de la réunion du 8 novembre 2020, on s’était convenu que chaque ménage devrait donner au moins mille francs par mois. La même somme est exigée à chaque planton. Pour les personnes ayant les diplômes A6, A2 et le niveau universitaire, ils devraient verser respectivement mille cinq cents, deux mille et trois mille francs mensuellement », ajoutent des fonctionnaires qui avaient pris part à la réunion.

Les salariés dénoncent « une tactique de les rançonner ». Ils demandent au gouverneur de province de bien respecter les décisions issues de la réunion tenue à cet effet le 8 novembre 2020.
Elle avait eu lieu à Bujumbura la capitale économique.

_________

Photo : des membres du CNDD-FDD dans une campagne électorale à Bujumbura

Previous Ituri (RDC) : 23 otages libérés à Irumu
Next Photo de la semaine : Gitega : les conducteurs des taxis vélos dans la tourmente

About author

You might also like

Politique

Burundi : le nouveau président se charge lui-même des questions de bonne gouvernance

Évariste Ndayishimiye l’a annoncé hier après la prise de fonctions du nouveau gouvernement. Pour lui, l’investiture de la nouvelle équipe marque une  » nouvelle ère » dans la gouvernance du pays.

Politique

Nord du Burundi : les administratifs réticents à l’ouverture des permanences du parti CNL

Le parti d’Agathon Rwasa peine à ouvrir ses permanences à cause du refus des autorités administratives. Des leaders du parti Congrès National pour la Liberté déclarent ne pas se lasser

Politique

Muyinga : comparution de trois militants du parti CNL

Trois militants du parti Conseil national pour la liberté (CNL) en commune de Butihinda (province de Muyinga, nord-est du pays) ont comparu devant les juges ce vendredi. Adamond Nshimirimana, représentant