Ituri (RDC) : 23 otages libérés à Irumu

Ituri (RDC) : 23 otages libérés à Irumu

Il s’agit de femmes, enfants et hommes qui avaient été enlevés par un groupe armé assimilé aux rebelles ougandais ADF (Forces Démocratiques Alliées). C’était lors d’une attaque armée qui a visé la localité de Ndalya en chefferie de Walese Vonkutu, dans le territoire d’Irumu en Ituri (Est de la RDC) le 14 février. (SOS Médias Burundi)

Selon la Convention pour le Respect des Droits Humains (CRDH), les otages libérés sont arrivés fatigués, d’autres blessés. « Douze sont arrivés jeudi soir, d’autres ont été relâchés vendredi matin et dans la soirée. Certains d’entre eux présentaient des blessures et étaient très fatigués, surtout des enfants et femmes », explique Christophe Munyanderu, coordinateur local de la CRDH .

Les blessés ont immédiatement été emmenés dans une structure sanitaire pour des soins à Eringeti. L’administrateur du territoire d’Irumu confirme l’information sans donner plus de détails.

Les acteurs locaux de la société civile appellent le gouvernement congolais à mettre fin à l’insécurité qui perdure à l’Est de la RDC.

__________________

Photo : le grand boulevard du chef-lieu de l’Ituri à Bunia

Previous Nyarugusu (Tanzanie) : des réfugiés craignent d'être attaqués
Next Rutana : le CNDD-FDD collecte des contributions forcées

About author

You might also like

Droit de l'Homme

Affaire-Mushano: Le collectif CARAVI plaide pour sa libération

Le Collectif des Associations pour la Réconciliation et l’Appui aux Victimes des Conflits sociopolitiques vient de saisir la Commission Nationale Indépendante des Droits de l’Homme. Le collectif demande à la

Droit de l'Homme

Disparition de Nkurunziza : « Il part sans que la vérité sur ses crimes soit connue » (HRW)

Pour l’organisation de défense des droits humains Human Rights Watch, le président burundais Pierre Nkurunziza laisse derrière lui un héritage de « répression impitoyable ». ( SOS Médias Burundi) En réaction à

Droit de l'Homme

Bujumbura : Le dossier Rukuki devant la Cour Suprême

En juillet 2019, l’activiste Germain Rukuki avait avait été condamné à 32 ans de prison. Reconnu coupable de participation à un mouvement insurrectionnel. Hier, devant la Cour Suprême de Bujumbura,