Rutana : de plus en plus de cas de torture rapportés

Rutana : de plus en plus de cas de torture rapportés

Le dernier en date est celui de Franck*. Originaire de la commune de Giharo dans la province de Rutana (sud-est du Burundi), il a été arrêté vendredi 23 avril dernier. C’est le responsable local du service national des renseignements (SNR) qui l’a interpellé. Soupçonné de recruter pour les groupes armés, il a été détenu pendant des jours attaché à un tuyau au domicile du fonctionnaire. Il a fini par s’évader. Selon nos sources, ils sont nombreux à avoir subi le même sort. (SOS Médias Burundi)

Selon des témoins, Franck* a été appréhendé pendant la nuit. « Le responsable provincial des renseignements l’a gardé dans sa résidence où il a subi divers actes de torture. Il a passé trois jours sans manger, jambes et bras menottés et attaché à un tuyau dans une chambre non éclairée », racontent nos sources.

L’homme a pu s’évader lundi soir, profitant de l’absence du responsable local des renseignements. Selon des sources locales, le policier qui montait la garde ce soir là a été arrêté. « C’est sur ordre du gouverneur de province et du chef des renseignements à Rutana qu’il a été appréhendé », précisent-elles.

Une source policière qui a témoigné sous couvert d’anonymat a indiqué à SOS Médias Burundi que le concerné est détenu au commissariat local de la police.

Pratique habituelle

Selon des témoins, Franck* est venu allonger la liste des personnes torturées par le responsable des renseignements et le gouverneur de province à Rutana. Même des personnes qui travaillent pour eux comme le chauffeur du gouverneur en ont déjà payé les frais, affirment nos sources dans cette province du sud-est du Burundi.

_____________

Photo : bureau provincial de Rutana

Previous Photo de la semaine : conditions de vie très difficiles pour des déplacés Banyamulenge
Next Burundi : destituée, une ministre est détenue par les renseignements

About author

You might also like

Droits Humains

Massacre des Banyamulenge: 16 ans après, la communauté des Banyamulenge déplore toujours l’inaction de la justice

La communauté des Banyamulenge du Burundi a commémoré pour la 16 ème fois les massacres de 166 Congolais survenus dans la nuit du 13 Août 2004 dans la zone de

Droits Humains

Gitega : un homme qui a des troubles mentaux en détention pour sa sympathie aux putschistes

Emmanuel Ntakiyiruta, ingénieur de formation, 58 ans est détenu à la prison centrale de Gitega (capitale politique) depuis le 4 mars. C’est un cadre du département de la protection des

Droits Humains

Bujumbura : un Imbonerakure confirme les soupçons de tortures pratiquées par les renseignements

Il s’agit de Kenny Claude Nduwimana. Ce jeune militant du CNDD-FDD connu pour ses propos haineux a été libéré lundi dernier après plus d’un mois de détention au quartier général