Burundi-Kenya : le président burundais plaide pour le maintien des troupes en Somalie

Burundi-Kenya : le président burundais plaide pour le maintien des troupes en Somalie

Le président burundais est en visite de deux jours au Kenya, à l’occasion du Madaraka Day, fête nationale célébrée le 1er juin de chaque année au Kenya, pour fêter le jour où le Kenya a atteint l’autonomie interne en 1963 après avoir été une colonie britannique depuis 1920. Évariste Ndayishimiye a plaidé pour le maintien des troupes Amison (Mission de l’Union Africaine en Somalie) et une réduction d’effectifs concertée avec les pays contributeurs. (SOS Médias Burundi)

Arrivé dans la capitale kényane Nairobi ce lundi matin, le président burundais s’est vite rendu à l’ouest du pays, dans la ville de Kisumu où vont se dérouler ce mardi les festivités de Madaraka Day. Hier, il a animé une conférence de presse conjointe avec son homologue kényan, qu’il dit considérer comme un « grand frère ».
Il a plaidé pour le maintien des troupes en Somalie dans le cadre de l’Amisom. « En ce qui concerne la sécurité sur le continent, nous apprécions le travail excellent de la mission de l’Union Africaine sur le terrain en Somalie. Les troupes burundaise et kényane sont ensemble sur le terrain et sont en train de faire un travail extraordinaire. Dans cette perspective, nous sommes convaincus que toute initiative de réduire les troupes en Somalie doit prendre en considération le degré de la menace venant du groupe terroriste Shebab pour que l’on ne perde pas la partie du territoire rétablie par l’Amisom », a insisté le chef de l’État burundais.

Le Burundi reste le troisième pays contributeur pour la mission africaine de maintien de la paix en Somalie après l’Ouganda et l’Éthiopie avec plus de 3700 hommes. C’est l’une des principales sources de devises pour cette nation de l’Afrique de l’est, sous sanctions depuis 2015 de l’Union Européenne son principal partenaire suite à un autre mandat controversé de feu président Pierre Nkurunziza.

Le président burundais souhaite aussi des investissements des hommes d’affaires kényans dans l’immédiat. « Cette visite est donc une meilleure opportunité pour inviter des investisseurs kényans au Burundi afin d’augmenter leurs investissements. Notre pays est prêt (à accueillir) des investissements étrangers et nous sommes convaincus que c’est le bon moment de le faire. Attendre deux ou trois années pourrait être trop tard », a-t-il suggéré.

Son homologue kényan Uhuru Kenyatta a félicité M. Ndayishimiye et le peuple burundais pour des
« élections apaisées et démocratiques qui l’ont porté à la plus haute fonction du pays ».

Il a affirmé que des mémorandums d’entente ont été signés entre les deux pays citant les domaines de l’agriculture, la pêche, l’élevage, les services publics, la culture et le sport, le tourisme et l’utilisation du lac Victoria comme « moyen de transport et de subsistance ». Le président Ndayishimiye qui a reçu dix vaches avec promesse d’en recevoir quarante autres est la première personnalité de marque à s’être rendue dans la ville de Kisumu.

À part une quinzaine de tambourinaires et son épouse Angeline Ndayubaha avec qui il est inséparable lors de chaque déplacement à l’extérieur du pays, le chef de l’État burundais se fait aussi accompagner par onze hommes d’affaires dans ce pays qui attire de plus de plus d’hommes d’affaires burundais, des étudiants et ressortissants burundais à la quête du travail.

____________

Photo : les présidents burundais et kényan reçoivent des honneurs militaires à Kisumu, mai 2021( AFP)

Previous Musigati : une trentaine d'adeptes de la prophétesse de Businde interpellés
Next Cibitoke-Kirundo : des produits de la Brarudi et le sucre se raréfient de plus en plus