Covid-19 : le Burundi prêt à recevoir près de trois millions de doses

Covid-19 : le Burundi prêt à recevoir près de trois millions de doses

L’annonce a été faite par le ministre en charge de la santé en début du week-end dernier. La petite nation de l’Afrique de l’est qui reste toujours sceptique face aux vaccins que ses autorités jugent non encore homologués par l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) dit qu’elle attend très prochainement au moins deux millions neuf cents mille doses. (SOS Médias Burundi)

Docteur Thaddée Ndikumana a indiqué que les premières doses vont être disponibles grâce à un appui de la banque mondiale et de la Chine, soutien indéfectible du gouvernement burundais. « Nous avons déjà mis en place une stratégie nationale que nous avons soumise à la banque mondiale. Elle nous a promis deux millions quatre cents mille doses. Tout est en ordre de notre côté, le processus est en cours […]. Les chinois eux, nous ont promis cinq cents mille doses », a-t-il affirmé dans une émission en synergie sur la gestion de la pandémie, organisée par une vingtaine de médias locaux.

Et de nuancer, « Ce que je peux dire aux Burundais c’est que le vaccin prévient mais il s’agit d’une arme parmi plusieurs autres qui aident à se protéger contre le Covid-19. Si les vaccins arrivent ici, nous allons les donner à ceux qui le veulent mais ils doivent comprendre que c’est l’un des remèdes de lutter contre le Coronavirus ».

Le ministre burundais en charge de la santé a dit que « nous allons promouvoir le vaccin quand l’OMS aura homologué tel ou tel autre vaccin sinon vous voyez que tout le monde tâtonne jusqu’à présent. Même ces pays européens qui parlent de pass sanitaire pour voyager ou aller dans des bars et restaurants, ils exigent à la fois le vaccin et les tests Covid-19 ».

Sur plus de 18 mille personnes testées positives au Coronavirus depuis mars 2020, le ministre Ndikumana avance que seuls 0.08% de patients sont morts. Il estime aussi que l’observation des mesures de prévention contre la pandémie a participé dans la réduction des maladies des mains sales surtout dans la plaine de l’Imbo (ouest du Burundi) et dans les écoles à régime d’internat.

Le Burundi et l’Érythrée restent les deux pays de l’Afrique qui n’ont pas encore vacciné leur population. Les autorités burundaises qui avaient cessé de banaliser la maladie avec l’accession du président Évariste Ndayishimiye au pouvoir en juin 2020 contrairement à son prédécesseur Pierre Nkurunziza qui disait que « notre pays a été purifié de l’air impur par le Saint Esprit » sont accusées ces derniers mois de dissimuler les statistiques sur les cas positifs au Covid-19 et les décès.

_________________

Photo : Thadée Ndikumana, le Ministre en charge de la santé publique

Previous Gitega : une infirmière de l'hôpital régional en détention
Next Fizi (RDC) : trois employés de l'ONG International Medical Corps enlevés