Rutana : les responsables du parti présidentiel usent de tous les moyens pour faire condamner un représentant du CNL à Giharo

Rutana : les responsables du parti présidentiel usent de tous les moyens pour faire condamner un représentant du CNL à Giharo

Jean-Pierre Ndacayisaba, responsable du premier parti de l’opposition en commune de Giharo (province de Rutana, au sud-est du Burundi) est maintenu en prison. Il est poursuivi pour « détention illégale d’armes ». Selon ses proches, le tribunal de province a reporté plus d’une fois sa comparution tandis que les responsables du parti CNDD-FDD au pouvoir usent de tous les moyens pour empêcher les témoignages à décharge. (SOS Médias Burundi)

Le procès de ce militant du parti CNL est prévu pour le 27 décembre prochain après plusieurs reports d’audience. Les membres de la famille de M. Ndacayisaba parlent de manoeuvres dilatoires du président du tribunal de province. « Ce sont des manoeuvres dilatoires usées par Lin Nibigira, président du tribunal de grande instance de Rutana. Il était là le 9 novembre et a ordonné le report du procès au 27 décembre prochain. Les autorités judiciaires à Rutana collaborent avec les responsables du CNDD-FDD. Ils intimident les témoins à décharge », déplorent des membres de sa famille.

Selon des témoins, mercredi 10 octobre, les responsables administratifs locaux et ceux du parti au pouvoir sont allés chez un certain Vyamungu de la colline et zone de Butezi. Ils ont exigé que son épouse, Jacqueline se parjure et ne raconte pas comment elle a vu des jeunes du parti CNDD-FDD tendre une embuscade contre Jean-Pierre Ndacayisaba alias Derenganya, la nuit du 11 août dernier. « Le chef de zone de Butezi Didace Kabezi, le chef de colline de Butezi Vincent Butoyi et le secrétaire collinaire du CNDD-FDD Bosco Ciza ont débarqué chez Vyamungu. Ils ont demandé à sa femme de charger ce représentant du CNL mais la femme a refusé de mentir », témoignent des voisins

Le secrétaire provincial du CNDD-FDD à son tour a également menacé la famille de Vyamungu. « Sylvain Nzikoruriho a dit que si elle refuse de charger Jean-Pierre Ndacayisaba, cette famille n’aura plus le droit de continuer le commerce des boissons locales sur cette colline. Il lui a même suggéré de fuir le pays au cas où elle persisterait à témoigner contre des Imbonerakure », disent des voisins.

Un enseignant et une autre femme qui ont vu ce qui s’est passé le jour de l’arrestation du représentant CNL par des membres de la ligue des jeunes du parti présidentiel Imbonerakure sont aussi menacés, selon nos sources. Treize autres militants du CNL en province de Rutana sont détenus à la prison de province. Leur comparution a aussi été reportée plus d’une fois.

_______________

Photo : chef-lieu de la province de Rutana

Previous Burundi : Acat-Burundi reçoit le prix Engel-du Tertre
Next Ntahangwa : des familles assistent impuissantes à la démolition de leurs maisons