Kirundo : des centaines de familles ont fui suite à la famine

Kirundo : des centaines de familles ont fui suite à la famine

Plus de trente ménages ont fui leur domicile en commune de Busoni dans la province de Kirundo (nord du Burundi) au cours des trois dernières semaines. Ils se sont déplacés vers d’autres communes de Ntega et Vumbi, bénéficiant d’un climat plus pluvieux. Plusieurs dizaines d’autres familles de rapatriés ont dû retourner au camp de réfugiés de Mahama au Rwanda d’où ils étaient venus. Des habitants conseillent aux autorités de déclarer une situation de famine afin de pouvoir bénéficier des aides. (SOS Médias Burundi)

Les collines les plus touchées par la sécheresse sont celles de la zone de Gatare à savoir de Gatete, Rwibikara et Vyanzo (même province). Des centaines de personnes ont été contraintes de quitter les lieux par manque de récoltes, de nourriture.

Un enseignant de la localité évoque un « vrai désert ». Un pêcheur de la même région regrette d’être « oublié, abandonné par le gouvernement qui se dit miséricordieux ».

Une autre zone plus touchée est celle de Gisenyi. Là aussi des témoignages indiquent qu’un mois s’écoule sans une goutte de pluie. De vastes champs de cultures se sont asséchés, dévastés par le soleil. Les collines qui sont menacées sont celles de Marembo et Bishisha. « Avant de partir, certains ont d’abord vendu toute ou une partie de la toiture de leur maison », indique une source locale. « C’est terrible que l’administration traîne les pieds pour déclarer que la famine s’est installée dans notre localité. Cela peut pourtant aider à ce que les aides affluent avant que tout le monde ne fui », regrette un agriculteur de Bishisha. « A la famine, s’ajoute le paludisme qui emporte des vies des habitants. Leur organisme n’est plus résistant », ajoute-t-il.

Plusieurs dizaines de familles de rapatriés ont été obligées de retourner dans les camps de la sous-région, surtout ceux qui étaient venus de Mahama (au Rwanda) suite à cette situation. Nos sources disent également qu’un bon nombre de réfugiés ont préféré rester à Mahama suite à la sécheresse. Il s’agit essentiellement des réfugiés originaires des communes de Busoni et de Bugabira, (province de Kirundo) une autre commune menacée par cette irrégularité hydrique.

Autre conséquence de cette situation, c’est l’abandon scolaire. Des rues du centre de Kirundo sont bondées d’enfants. De jeunes élèves ou écoliers sillonnent des quartiers à la recherche du travail domestique. Un enseignant du primaire en zone de Gatare confirme. « Un nombre important d’élèves ont abandonné l’école. Des milliers sont partis », nous signale-t-il.

_______________

Photo : des enfants ayant abandonné l’école pour aller mendier dans une rue de Kirundo, le 13 décembre 2021

Previous Photo de la semaine-prison de Gitega : 38 prisonniers sont morts dans un incendie
Next Makamba : un militant du CNL interpellé