Makamba : un projet d’électrification du chef-lieu de la zone Muyange qui fait grincer les dents

Makamba : un projet d’électrification du chef-lieu de la zone Muyange qui fait grincer les dents

Le projet d’électrification du chef-lieu de la zone Muyange en commune Nyanza-Lac (province de Makamba au sud du Burundi) a officiellement débuté en 2015. En 2019, feu président Pierre Nkurunziza a procédé à la réception officielle des travaux qu’on croyait terminés alors que ce n’était pas le cas. Des habitants exigent une enquête indépendante pour établir les responsabilités. (SOS Médias Burundi)

Le projet devait être exécuté par la commune de Nyanza-Lac avec l’appui financier du FONIC (Fonds national d’investissement communal).

Les autorités administratives de l’époque ont invité le chef de l’État d’alors Pierre Nkurunziza pour lancer solennellement l’éclairage public. Ce qui a été fait le 23 novembre 2019.

Selon des habitants du chef-lieu de Muyange, les organisateurs de l’événement ont installé un groupe électrogène dans une maison et une ampoule sur le transformateur pour tromper le président Nkurunziza et sa délégation que ce projet a réussi. « Nous n’avons pas eu d’électricité. Le centre de Muyange n’a pas été servi comme le prétendaient des responsables administratifs. Certains parmi nous avions payé pour les frais de compteur afin que nos maisons soient éclairées. Cela n’a jamais été fait. Aujourd’hui, même les poteaux installés ici sont pourris. C’est très regrettable », se désolent- ils.

Ils demandent au président Évariste Ndayishimiye d’envoyer une équipe dans la zone pour mener une enquête indépendante afin de déterminer les circonstances dans lesquelles les fonds alloués à ce projet ont été détournés.

De tels projets ont aussi été détournés dans d’autres provinces dont Rutana (sud-est du Burundi),selon nos sources.

____________

Photo d’illustration : la province de Makamba

Previous Covid-19 : des Rwandais continuent de fuir vers le Burundi pour échapper à la vaccination obligatoire
Next Gitega : libération provisoire de 31 prévenus incarcérés à la prison centrale de province