Cibitoke : grève des bouchers de la commune de Bukinanyana

Cibitoke : grève des bouchers de la commune de Bukinanyana

Ce vendredi, aucune vache n’a été abattue au marché de Ndora en commune de Bukinanyana en province de Cibitoke (nord-ouest du Burundi). C’est suite à une décision de l’administrateur communal qui a fixé le prix de la viande de vache à huit mille francs burundais le kilogramme. (SOS Médias Burundi)

Des bouchers expliquent qu’ils ne peuvent pas trouver de vaches à abattre pour vendre à ce prix dicté par l’administrateur communal . « L’administrateur a décidé sans nous consulter. Le prix d’un kilogramme de viande de vache est désormais fixé à huit mille francs burundais. Mais, il n’a pas pensé aux difficultés que nous rencontrons pour trouver des vaches à abattre pour le moment. Elles sont , non seulement chères, mais aussi rares. Avec ce prix qu’il a fixé, on vendrait à perte. C’est pourquoi nous avons décidé de ne pas acheter les vaches qu’on vendrait à perte », ont expliqué des bouchers joints par SOS Médias Burundi.

Le marché de vache de Ndora est un lieu de rencontre des troupeaux en provenance des autres provinces du pays et du Rwanda voisin. Mais depuis un certain temps, ce marché n’est plus approvisionné comme avant.

« Avec la mesure de stabulation, des éleveurs qui dépensent beaucoup d’argent pour acheter du foin pour leurs vaches vendent à leur tour leurs bêtes à des prix exorbitants. Donc, la mesure a ses conséquences, et les autorités devraient être les premières à le savoir », disent des habitants de Bukinanyana.

Ils regrettent que la mesure de l’administrateur ne s’est pas référée aux prix de la viande dans les autres communes de la province de Cibitoke.

« Aux marchés de Buhayira (même commune de Bukinanyana), au chef-lieu de la province et à Rugombo comme à Mugina, le prix d’un kg de viande varie entre 9 et 11 mille francs burundais », ont-ils souligné.

L’administrateur communal indique toutefois que sa mesure reste de rigueur évoquant, sans donner plus de détails , que c’est « la loi ».

Durant les fêtes de fin d’année, des administrateurs communaux ont pris la décision d’interdire la hausse du prix de la viande, ce qui a été apprécié par Noël Nkurunziza, secrétaire général de l’Abuco (Association Burundaise des Consommateurs).

____________

Photo d’illustration : une pancarte indiquant le chef-lieu de la commune Bukinanyana

Previous Tanzanie : destruction méchante des champs de bananeraies dans deux camps de réfugiés
Next Burundi : dix syndicats du personnel enseignant écrivent pour dénoncer les défis dans le système éducatif