Uvira (RDC) : un des membres fondateurs de l’ADF capturé

Uvira (RDC) : un des membres fondateurs de l’ADF capturé

Benjamin Kisokeranio a été arrêté ce mardi à Uvira. C’est en province du Sud-Kivu à l’est de la RDC. Celui qui se trouve être le commandant chargé des renseignements du groupe ADF selon certaines sources a été appréhendé par les services de sécurité. (SOS Médias Burundi)

Kisokeranio, un des responsables des ADF (Forces Démocratiques Alliées), un groupe armé d’origine ougandaise se trouvant sur la liste des mouvements terroristes des États-Unis a été interpellé lorsqu’il voulait se rendre au Burundi, selon des sources dans le Sud-Kivu.

« Il s’était déguisé en portant de faux documents de voyage dont un faux passeport congolais sous l’identité de Djimy Kilalo Kasereka, né le 1er février 1979 […] », racontent des témoins.

L’homme qui était resté fidèle à Jamil Mukulu (fondateur des ADF capturé en Tanzanie en 2015 et depuis détenu en Ouganda) occupait jusqu’à son interpellation le poste de commandant en charge des renseignements au sein du groupe.

Des sources militaires en RDC ont confié sous couvert d’anonymat que l’homme se rendait au Burundi où il aurait vraisemblablement certaines affinités.

Le 24 décembre dernier, lors d’une séance d’échange de vœux avec des officiers de l’armée, de la police et des renseignements, le président burundais Évariste Ndayishimiye avait demandé aux forces de défense et de sécurité de « rester vigilants face à la menace terroriste de Red Tabara (un groupe armé d’origine burundaise basé dans le Sud-Kivu) et des ADF « , accusant le mouvement burundais de collaborer avec les islamistes ougandais.
Fondé en 1995 avec pour objectif de renverser le régime du président Yoweri Museveni, le groupe ADF est basé dans l’est de la RDC après avoir été chassé de l’ouest de l’Ouganda par l’armée régulière. Sur le sol congolais, ses membres sont accusés de massacres et d’enlèvements des civils.

Aujourd’hui, les Nations-Unies et les États-Unis le considèrent comme une menace terroriste et régionale, ce que les pays de la sous-région ne prennent pas à la légère. Leurs renseignements militaires se sont convenus d’échanger toutes les informations concernant le groupe.

___________

Photo : Benjamin Kisokeranio, DR

Previous Meheba (Zambie) : le HCR a réduit de 50% sa prise en charge des réfugiés
Next Gihanga : un jeune homme interpellé