Burundi : les enseignants menacent d’entamer un mouvement de grève général

Burundi : les enseignants menacent d’entamer un mouvement de grève général

Les syndicats du secteur de l’enseignement affiliés à la coalition des syndicats des enseignants pour la solidarité nationale et la défense des droits socio-professionnels (Cossesona) s’insurgent contre la mesure du gouvernement d’organiser un test de choix des candidats au recyclage. Les responsables de ces syndicats estiment que l’organisation d’un tel test est synonyme d’un manque de confiance à cette catégorie de fonctionnaires de l’État . Ils menacent d’entamer un mouvement de grève général si l’employeur ne revient pas sur sa décision. (SOS Médias Burundi)

Dans une déclaration rendue publique ce vendredi, ces syndicats déplorent que leur ministère de tutelle est entrain de forcer les démarches de faire passer un « test illégal de choix des enseignants qui vont participer au perfectionnement professionnel ».

Les représentants de ces syndicats dénoncent « des mesures qui sont prises unilatéralement alors que le principe du dialogue social véritable recommande une implication effective des partenaires sociaux avant toute décision qui engage le monde du travail ».

Et de rappeler que le dialogue récemment organisé n’était qu’une forme à peine voilée pour avaliser des décisions déjà prises.

À l’origine de la situation, les syndicalistes rappellent qu’il s’agit de la détérioration de la qualité des apprentissages et des tentatives de solution sans trouver la vraie solution du fait de la non implication de toutes les parties prenantes.

« Le fardeau des défis à été porté sur les dos de l’enseignement. C’est comme si tous les problèmes qui gangrènent ce secteur est l’œuvre de l’enseignant », dénoncent-ils.

Les syndicalistes demandent au ministère de l’éducation de suspendre toutes les procédures liées à l’organisation de ce test jugé inopportun et illégal et d’organiser un dialogue franc.

Ils menacent d’organiser un mouvement de grève général pour protester contre cette politique.

________________

Photo : les responsables de la Cosesona pendant le point de presse prévenant de déclencher un mouvement de grève général.

Previous Kanyosha : un opposant enlevé
Next Nakivale (Ouganda)-Covid-19 : deux ans après, les écoles rouvrent