Rutana : les responsables du CNDD-FDD accusés de racket

Rutana : les responsables du CNDD-FDD accusés de racket

L’alerte est lancée par treize organisations à base communautaire œuvrant dans la plaine de Mukazye. C’est en zone et commune de Giharo (province de Rutana, sud-est du Burundi). Ils accusent les secrétaires du CNDD-FDD dans la province, la commune de Giharo et la zone de Giharo de leur voler plusieurs millions. (SOS Médias Burundi)

Pour y arriver, les représentants du CNDD-FDD (parti présidentiel) ont imposé un responsable à la tête d’un consortium d’associations à base communautaire qui exploitent une vallée de plus de 100 hectares.

« C’est une grande plaine aménagée par le programme PRODEMA (Projet de Productivité et de Développement des Marchés Agricoles) depuis 2014. Très bien organisées, treize associations à base communautaire y cultivent du riz. Mais les responsables du CNDD-FDD nous ont imposé leur fidèle pour leur faciliter le détournement des biens du consortium et notre argent. C’est une mafia organisée. […] », alertent des membres des associations qui se sont confiés à SOS Médias Burundi.

Et de poursuivre, « Le secrétaire provincial du CNDD-FDD collabore avec les représentant de ce parti dans la commune et dans la zone de Giharo. Ils dictent alors les ordres à Baranyikwa, leur fidèle qu’ils nous ont imposé en replacement forcé de M. Surwanone. Ils ont récemment organisé une vente en cachette de nos deux décortiqueuses qui ont une valeur de 20 millions. Le secrétaire du CNDD-FDD en zone de Giharo les a lui-même achetées à seulement 3 millions. C’est une honte, nous sommes mis à genoux par une bande puissante qui vole nos biens », s’insurgent les concernés.

Des cotisations détournées

En plus des deux machines, les 1300 membres de 13 associations disent être rackettés par les mêmes responsables du parti présidentiel.

« Chaque riziculteur doit verser à la caisse de l’union des associations une somme de 15 mille francs burundais comme cotisation en plus d’un versement sans reçu de 3 mille francs burundais considérés comme taxe communale et mille francs que l’on doit payer avant le repiquage. Tout cet argent est géré selon la volonté des trois hommes qui dictent le président de l’union de nos associations ce qu’ils veulent », s’insurgent-ils.

Irrités, ils ajoutent qu’il leur est exigé de donner deux kilogrammes de riz au moment de la récolte. Le riz est destiné à satisfaire les responsables du CNDD-FDD, selon des habitants qui estiment que les hommes forts de ce parti dans la province partagent un butin allant jusqu’à des dizaines de millions chaque saison culturale.

La plaine de Makazye a été aménagée en 2013-2014 par le PRODEMA. Elle est exploitée par 1300 agriculteurs réunis dans 13 associations à base communautaire. Ils demandent la non ingérence des responsables du CNDD-FDD dans le projet, « si c’est seulement pour détourner nos biens et notre argent ».

________________

Photo d’illustration : l’immeuble abritant les bureaux de la province de Rutana

Previous Bujumbura : quatre infirmiers du district sanitaire de Ryansoro en détention
Next Maheta (RDC) : des habitants fuient suite aux combats opposant la FDNB au Red Tabara