Kigali tend la main à Gitega

Kigali tend la main à Gitega

Le président rwandais apprécie l’état d’avancement de la normalisation des relations avec son voisin du sud, le Burundi. Paul Kagame espère que dans un proche avenir, les citoyens des deux pays voisins reprendront des échanges après près de 7 ans de fermeture des frontières communes. (SOS Médias Burundi)

Paul Kagame a annoncé ce mardi, la fin du conflit entre le Rwanda et le Burundi dans “les jours qui suivent”. Le Président rwandais a fait cette annonce devant les membres du Parlement à l’occasion des cérémonies de prestation de serment de nouveaux membres de son cabinet.

“Plusieurs autorités à différents niveaux se sont rencontrées plus d’une fois, soit sur les frontières communes ou même au Burundi. Très récemment, mon homologue burundais m’a envoyé une délégation porteuse de son message confidentiel. Et donc, c’est un pas important que nous saluons”, a-t-il déclaré.

Et de rassurer: “Nous voulons continuer sur la voie d’un rétablissement complet des liens entre nos deux pays. Dans les jours qui viennent, nos relations vont continuer à s’améliorer et revenir à ce qu’elles étaient avant, et bien évidemment nos citoyens vont devoir retrouver le souffle comme avant et comme il se doit”.

En janvier, le président burundais avait envoyé une délégation à Kigali pour rencontrer Paul Kagame.

Conduite par l’ambassadeur Ézéchiel Nibigira, ministre en charge des affaires de la communauté est africaine, elle était porteuse d’un message de promotion des “relations bilatérales et renforcement des liens historiques entre le Rwanda et le Burundi”, ont tour à tour confirmé la présidence rwandaise et le chef de cette délégation.

Mardi, Kigali a minimisé les obstacles qui restaient avant la phase finale de rétablissement des relations diplomatiques.

“Et d’ailleurs, les questions d’insécurité sur les frontières comme dans les réserves de Kibira et Nyungwe, où des cas d’incursion sont rapportés, nous sommes sur la bonne voie avec le Burundi pour lever ces équivoques et en finir main dans la main, avec ceux qui sont derrière cette tension frontalière”, a rappelé M. Kagame.

Depuis 2015, les relations entre le Rwanda et le Burundi se sont dégradées, suite entre autres, au coup d’État manqué. Gitega ayant accusé Kigali d’héberger des putschistes et de permettre et soutenir des entraînements militaires de groupes rebelles burundais sur le sol rwandais.
De son coté, le Rwanda reprochait à son voisin du sud de donner un soutien à des membres des FDLR (Front démocratique pour la libération du Rwanda) responsables du génocide contre les Tutsis en 1994, de les entretenir comme d’autres militants de différents mouvements qui veulent renverser les institutions rwandaises.

Après l’élection d’Evariste Ndayishimiye à la tête du Burundi, les autorités de ces deux Etats ont multiplié les échanges, en vue de résoudre leur conflit. Le dialogue a entre autres abouti à l’échange de deux groupes de rebelles qui combattent les deux gouvernements l’an passé.

La récente réouverture des frontières entre l’Ouganda et le Rwanda a ouvert l’optimisme à un espoir pour la région.

_____________

Photocollage : Paul Kagame, président de la République du Rwanda et Évariste Ndayishimiye, le président de la République du Burundi

Previous Burundi : l'UE blanchit le Burundi
Next Nakivale (Ouganda) : une cinquantaine de ménages burundais retournent en exil