Kirundo : contribution forcée pour la construction de la permanence provinciale du parti CNDD-FDD

Kirundo : contribution forcée pour la construction de la permanence provinciale du parti CNDD-FDD

Des membres du parti au pouvoir en province de Kirundo (nord du pays) se disent excédés par une demande continuelle de contribution pour la construction d’un bâtiment dont les fonds sont détournés par les responsables provinciaux du parti CNDD-FDD. (SOS Médias Burundi)

Depuis 2016, le parti CNDD-FDD en province de Kirundo n’a pas lâché ses militants, leur demandant des contributions obligatoires pour ériger la permanence de ce parti.

Cette mesure touche essentiellement toute personne qui a reçu du travail grâce au piston du parti au pouvoir. Cela va d’un haut cadre jusqu’au simple planton. Tous doivent mettre la main dans la poche.

« Des hauts cadres ayant le titre de ministre et des directeurs généraux doivent donner la somme d’un million de francs burundais dans une période non déterminée. Les chefs de services provinciaux, le gouverneur de province, le directeur de la BPAE, le médecin provincial, les médecins directeurs des hôpitaux et des districts sont sommés de donner 500 mille chacun. Les cadres du bureau provincial de la santé et des districts doivent payer 100 mille tandis que les simples plantons contribuent la somme de 10 mille francs chacun », a indiqué une source proche du parti CNDD-FDD dans cette province.

Des titulaires des centres de santé nous ont confié qu’ils ne peuvent plus s’en sortir avec les demandes de contribution tantôt pour le parti au pouvoir tantôt pour d’autres activités organisées par la commune.

« Pour ne pas toucher à nos salaires, nous cherchons comment bidouiller les comptes en justifiant des dépenses pour des activités non réalisées. C’est fatiguant », avouent-ils.

Cette contribution obligatoire touche également des gens n’appartenant pas à ce parti qui se retrouvent obligés de payer pour garder leurs postes.

« Nous regrettons beaucoup l’argent donné depuis 2016. La construction de la permanence n’a même pas dépassé la première dalle alors qu’ils veulent ériger un bâtiment de trois niveaux », s’indignent-ils.

Ils pointent du doigt le secrétariat provincial de ce parti l’accusant de détournement de fonds collectés. La personne citée plusieurs fois dans cette affaire est Fabien Bizumuremyi, actuellement conseiller au sein de l’Assemblée nationale.

« Au lieu d’utiliser correctement les fonds collectés, M. Bizumuremyi s’est construit une villa dans un des quartiers du centre urbain de Kirundo », ont-ils déclaré.

____________

Photo : la permanence en construction du parti CNDD-FDD en province de Kirundo

Previous Kakuma (Kenya) : construction de nouveaux logements
Next Rugombo : découverte de 11 corps en tenue militaire