Malawi : une soixantaine de réfugiés burundais interceptés sur la frontière tanzanienne

Malawi : une soixantaine de réfugiés burundais interceptés sur la frontière tanzanienne

Plus de 15 ménages constitués de plus de soixante personnes ont quitté le camp de Dzaleka au Malawi avec un objectif de rentrer au Burundi à pied. Ils ont été interceptés par la police sur la frontière tanzanienne. Les intéressés affirment avoir fui la famine qui gangrène leur famille depuis qu’ils ont été rayés de la liste des bénéficiaires d’une assistante du programme alimentaire mondial (PAM). (SOS Médias Burundi)

Leur long et pénible voyage a commencé à la fin de la semaine dernière, empruntant les chemins clandestins. Arrivés sur la frontière entre la Tanzanie et le Malawi au début de cette semaine, ces réfugiés burundais ont été arrêtés par la police tanzanienne.

“La police les a appréhendés avant d’alerter les agences du HCR en Tanzanie et au Malawi. Après de longues discussions, la police a décidé de les faire revenir au camp de Dzaleka. Les concernés ont catégoriquement refusé, préférant mourrir et ont commencé à se jeter dans une rivière proche de la frontière. Vite, les autorités ont résolu de les laisser passer et entrer en Tanzanie”, indique un Burundais resté au camp de Dzaleka.

Estimés à plus de 60 personnes, ces réfugiés burundais ont expliqué à la police des deux pays qu’ils préfèrent rentrer à pied au lieu de mourrir de faim dans un pays qui ne veut plus d’eux.

“Imaginez-vous, nous avons été rayés de la liste de ceux qui doivent être pris en charge par le HCR alors que nous sommes démunis. Quelle est la suite? C’est la mort”, ont-ils confié aux agents du HCR qui les ont rencontrés à la frontière entre la Tanzanie et le Malawi.

Au camp de Dzaleka, des Burundais préfèrent se rendre au bureau du HCR pour réclamer un rapatriement volontaire urgent par peur de mourir de faim. Ils sont enregistrés mais le HCR explique qu’il n’a pas encore entamé ce programme.

Au début de ce mois, le PAM (Programme Alimentaire Mondial) a mis à jour sa liste de réfugiés à assister dans ce camp de Dzaleka qui héberge plus de 48 mille réfugiés dont plus de 11 mille Burundais.

Plus de 670 ménages ont été rayés de la liste des bénéficiaires de l’assistance. Cette organisation onusienne explique que les intéressés sont capables de se prendre en charge, mais ces derniers, principalement des Burundais, y voient d’autres raisons dont un rapatriement forcé déguisé.

____________

Photo : une pancarte indiquant le camp des réfugiés de Dzaleka (Malawi)

Previous Burundi: le premier ministre approuve le rapport de la CNIDH rejeté par le président de l'Assemblée nationale
Next Rumonge : plus de 2900 abandons scolaires uniquement pour le premier trimestre