Dzaleka (Malawi) : de l’eau vendue dans un camp de réfugiés

Dzaleka (Malawi) : de l’eau vendue dans un camp de réfugiés

Depuis trois mois, l’eau est devenue une denrée très rare au camp de Dzaleka, au Malawi. Plusieurs robinets et fontaines ne fonctionnent plus. Les réfugiés doivent désormais payer de l’argent pour s’en procurer. Ils se disent excédés par l’impuissance du Haut Commissariat aux Réfugiés, le HCR. (SOS Médias Burundi)

La vente de l’eau au camp de Dzaleka au Malawi est désormais officielle, sous l’oeil impuissant du HCR.

“Nous sommes surpris de voir qu’un bidon de 20 litres s’achète désormais à 100 kwacha (monnaie locale du Malawi- soit 0,12 dollars américains).Un prix exorbitant pour nous qui sommes démunis. Hier, un camion citerne était garé devant les bureaux du HCR, ce qui n’est pas du tout compréhensible car cette agence onusienne est censée nous fournir de l’eau gratuitement ”, s’indigne un réfugié qui s’est confié à SOS Médias Burundi.

Les premières conséquences du manque d’eau se manifestent déjà.

“Nous remarquons qu’il y a beaucoup d’enfants qui souffrent de la diarrhée et d’autres maladies des mains sales ici. On est obligé de boire de l’eau de pluies”, précisent des mères de famille.

La zone la plus touchée est celle de Katuza New.

Le camp accuse un manque criant d’eau depuis plus de trois mois. Les robinets et fontaines d’eau sont secs. Le HCR avait accepté de réparer les installations d’eau, mais tarde à le faire d’après des réfugiés qui demandent que l’eau soit aussi inclue sur la liste de l’assistance fournie par le HCR.

Le camp de Dzaleka, situé non loin de la capitale Lilongwe héberge plus de 48 mille réfugiés dont plus de 11 mille Burundais.

_____________

Photo : une pancarte indiquant le camp des réfugiés de Dzaleka

Previous Kayanza : des entraînements paramilitaires d'Imbonerakure inquiètent
Next Nduta (Tanzanie) : des Tanzaniens plaident pour la réouverture des marchés à l'intérieur du camp