Gitega : la flambée des prix des matériaux locaux de construction inquiète les propriétaires de chantiers

Gitega : la flambée des prix des matériaux locaux de construction inquiète les propriétaires de chantiers

En six mois, les prix des matériaux locaux de construction ont connu une hausse variant entre 10 mille et 20 mille francs burundais dans la capitale politique Gitega. Difficile pour des propriétaires des chantiers en construction de finir les travaux avec leur budget initial. (SOS Médias Burundi)

Le prix d’un camion Ben de sable est passé de 70 mille à 80 mille. Celui rempli de moellons qui s’achetait à 80 mille francs coûte actuellement 90 mille tandis qu’un camion Ben de gravier est passé de 90 mille à 100 mille francs burundais.

Cette flambée concerne aussi la même quantité de bouillon qui est passé de 70 mille à 90 mille. Un camion Ben de moellons rouleux qui s’achetait à 150 mille coûte pour le moment 170 mille au moment où les briques coûtent entre 40 à 50 la pièce.

Suite à cette flambée des prix, les propriétaires des chantiers en construction grognent. Ils disent éprouver des difficultés d’achever les travaux.

Les fournisseurs quant à eux parlent de la cherté des documents pour pouvoir décrocher les autorisations d’extraction des matériaux de construction.
« À cela s’ajoute la persistance d’une pénurie répétitive du carburant ainsi que les taxes routières nationales d’un million de francs burundais par camion Ben », disent-ils.

Des jeunes hommes sur un site d’extraction de matériaux de construction

Jean Marie Hatungimana, responsable provincial de l’office burundais pour la protection de l’environnement à Gitega souligne que des études d’impact environnemental doivent être menées avant l’octroi des attestations de conformité environnementale qui , au passage coûte un million de francs burundais.

Ferdinand Nkenguruyikiyimana, responsable provincial de l’office burundais des mines et carrières quant à lui explique que les fournisseurs doivent payer sur les comptes de l’office burundais des recettes (OBR) un montant de 150 dollars pour une redevance superficielle, 200 dollars pour les droits fixes,15 dollars pour les frais de dossier ainsi que 50 dollars alloués aux frais de reproduction, ce qui totalise 415 dollars.

______________

Photo : un site d’extraction de matériaux de construction à Gitega

Previous Bujumbura : une vingtaine de changeurs interpellés
Next Kirundo : vol des questions d'examens à l'Université des Lacs du Nord