Rumonge : l’hôpital de province au bord de la faillite

Rumonge : l’hôpital de province au bord de la faillite

Le personnel de l’hôpital régional Rumonge (sud-ouest du Burundi) dénonce un détournement de fonds à cet établissement sanitaire. Ils demandent au ministre de tutelle d’intervenir. (SOS Médias Burundi)

D’après des informations recueillies auprès de certains infirmiers de l’hôpital régional de Rumonge, le directeur de cette structure sanitaire, le docteur Ernest Nditoreye et la directrice financière Ange Dusabe ont procédé au retrait d’une somme de 79 millions de francs burundais sur le compte de l’hôpital à l’insu de son comité de gestion.

Dans la foulée, une assemblée générale de tout le personnel programmée respectivement le 9 et 10 mars dernier a été reportée sans motif. Certaines sources proches des infirmiers estiment que les raisons derrière ce report sont liées à cette affaire.

Cette réunion a finalement pu se tenir le 17 mars. « Lors de cette réunion, des incohérences autour des recettes de cet hôpital ont été relevées par un délégué du médecin provincial qui assistait à la rencontre », mentionne un participant.

Le directeur et la directrice financière n’ont pas pu non plus justifier le retrait des 79 millions. « Ces responsables ont affirmé avoir retiré cet argent pour acheter des médicaments afin d’approvisionner la pharmacie de l’hôpital. Mais le personnel a fait savoir que ces médicaments ne sont jamais arrivés à destination », raconte un salarié de cette structure sanitaire.

Des explications qui n’ont donc pas convaincu les membres du comité de gestion. La réunion a finalement été suspendue. Elle reprendra ce vendredi, selon des sources proches de cet hôpital.

Des salariés indiquent que les détournements de fonds ont des effets sur le fonctionnement de l’hôpital. Ils regrettent que depuis deux années et demi, le personnel n’ait pas touché ses primes de performance. Le système de gratuité des soins aux enfants de moins de 5 ans et femmes enceintes est souvent en dysfonctionnement à la suite du manque du matériel et des médicaments. Les infirmiers affirment que les patients sont souvent obligés de « se prendre en charge en achetant matériel et médicaments dans les pharmacies privées ».

Ces employés demandent l’intervention de la ministre en charge de la santé pour « sauver cet hôpital de l’impasse ». Ils confirment que le cas de dysfonctionnement des activités de cet hôpital est connu depuis longtemps des autorités du ministère de tutelle. « Ces dernières continuent de faire la sourde oreille pour couvrir les malversations dénoncées par le personnel », se plaignent des salariés.

____________________

Photo : une pancarte indiquant l’hôpital de province à Rumonge

Previous Rutana : transfert de quatre détenus au siège du SNR
Next Uvira (RDC) : la FDNB se trouve de nouveaux alliés