Médias-Burundi : la BBC autorisée à émettre de nouveau

Médias-Burundi : la BBC autorisée à émettre de nouveau

L’annonce a été faite cet après-midi par la présidence du CNC (conseil national de la communication). Cette radio internationale qui a des programmes en langue locale, le Kirundi (la plus écoutée) était sous sanctions au Burundi depuis près de quatre ans. (SOS Médias Burundi)

Vestine Nahimana l’a déclaré au terme d’une assemblée plénière ordinaire de l’organe de régulation des médias qui s’est tenue dans la ville commerciale Bujumbura.

Elle parle « de conditions honorées ». « […], finalement les conditionnalités qui ont été posées à la radio BBC ont été honorées. Et voilà que nous sommes arrivés à un consensus aujourd’hui de rouvrir la radio BBC », a indiqué dans une déclaration à la presse locale celle qui dirige le CNC pour la deuxième fois.

Elle n’a toutefois pas précisé les conditions dont elle parle. Mais en juin 2021, lors de la réouverture du journal en ligne Ikiriho qui avait été fermé en 2018, le vice-président du CNC avait invité la BBC à un dialogue.

« La BBC est autorisée d’introduire une nouvelle demande d’autorisation d’exploitation parce que l’autorisation obtenue au départ a été retirée et il faut une nouvelle demande (….). Si tous les documents exigés par la loi sont déposés, nous allons alors donner une autorisation qui va permettre à la BBC d’émettre encore une fois au Burundi », avait dit le vice-président du CNC.

La chaîne britannique avait fermé ses bureaux au Burundi en 2019. Une année plus tôt, elle et la Voix de l’Amérique (VOA) avaient été suspendues dans la petite nation de l’Afrique de l’est. Mais la VOA a gardé sa licence d’exploitation. La radio financée par le gouvernement américain elle, reste sous sanctions.

Pour rappel, à l’origine de la fermeture de la BBC, un documentaire sur les violations des droits humains au Burundi qualifié par les autorités burundaises de « calomnieux » et « d’accablant ».

Depuis le 20 mars 2019, en plus de sa fermeture, le gouvernement burundais avait retiré à la BBC « sa licence d’exploitation ». Ce qui avait poussé la chaîne britannique à fermer son bureau dans la capitale économique Bujumbura en juillet cette année.

Pour la VOA, il lui est reproché par le CNC d’avoir maintenu au sein de sa rédaction l’ancien directeur de la radio Bonesha FM,une des radios détruites au lendemain du coup d’Etat raté de mai 2015.

Patrick Nduwimana est l’un des journalistes visés par un mandat d’arrêt émis par la justice burundaise pour des violences intervenues avant le putsch.

Previous EAC : la RDC obtient son adhésion
Next Burundi : le président Neva est rentré de Rome avec une meilleure promesse