Bubanza : la province reçoit des motos, tricycles et vélos chassés de Bujumbura

Bubanza : la province reçoit des motos, tricycles et vélos chassés de Bujumbura

Ils sont surtout visibles au centre de Musenyi en commune de Mpanda (province de Bubanza, ouest du Burundi). Ils se départagent les clients avec d’anciens conducteurs de taxis vélos et motos dans la localité. (SOS Médias Burundi)

Au centre de Musenyi, les parkings de taxi motos et vélos sont pleins de nouveaux conducteurs venus de la ville commerciale Bujumbura, selon des habitants. Les anciens occupants des parkings se plaignent au moment où leurs clients, eux se réjouissent.

« Avant leur arrivée, je pouvais gagner jusqu’à 5 mille francs burundais par jour, mais aujourd’hui, je dépasse rarement 2 mille. Nous sommes tellement nombreux maintenant et devons nous départager les mêmes clients. La vie se complique davantage ici », expliquent des conducteurs de taxi vélos qui se sont confiés à SOS Médias Burundi.

Quant aux chauffeurs de taxi motos, leur surnombre a eu un impact sur le prix du ticket de transport.

« Ceux venus de Bujumbura veulent nous concurrencer et pratiquent de prix bas. Ainsi, ils acceptent de faire des courses en réduisant à moitié le prix du ticket pour les mêmes distances. Ça crée un manque de confiance et nous les anciens de ce parking, on ne gagne pratiquement plus rien », se plaignent-ils.

Des conducteurs de taxi vélos dans le centre de Musenyi
Des conducteurs de taxi vélos dans le centre de Musenyi

Certains conducteurs de taxi motos de l’ancien parking de Cotebu (nord de la ville commerciale Bujumbura) choisissent d’aller travailler à Musenyi pendant la journée et rentrer dans les quartiers du nord de Bujumbura le soir. Ils indiquent qu’ils gagnent mieux malgré la distance.

« J’y vais très tôt le matin et je retourne à Bujumbura à 15h. En tout cas je gagne mieux qu’à Bujumbura », affirme l’un d’entre eux.

Des tricycles communément appelés Tuk-Tuk sont également arrivés dans la localité. Ils font le trajet Musenyi – Murago et ça plaît aux clients qui avouent que « sous la pluie et sous le soleil c’est un bon moyen de déplacement ».

Au centre de Bubanza, au moins trois tricycles sont déjà opérationnels. Seulement, leurs conducteurs se plaignent de l’état délabré de la route nationale numéro 9 (RN9 joignant Bubanza et Bujumbura).

Des milliers de conducteurs de tricycles, motos et vélos effectuant le transport rémunéré ont choisi de déménager vers d’autres provinces même loin de la capitale économique Bujumbura après la décision du ministre ayant les affaires intérieures dans ses attributions de limiter les zones autorisées à ces engins dans la capitale économique Bujumbura le mois dernier.

Récemment, le ministre Gervais Ndirakobuca a réaffirmé que la mesure est irréversible malgré les plaintes des citadins, associations et certains élus locaux.

_____________

Photo : des tricycles arrivés au centre de Musenyi pour la première fois

Previous RDC-Beni : huit enfants meurent dans un camp de déplacés de guerre par manque d'assistance
Next Crise au sein de l'Eusebu : un pasteur tué