Nakivale (Ouganda) : plus de 1400 Burundais rapatriés en deux mois

Nakivale (Ouganda) : plus de 1400 Burundais rapatriés en deux mois

Le rapatriement volontaire bat son plein au camp de Nakivale en Ouganda, jadis réticent à ce programme du HCR. En deux mois seulement, plus de 1400 Burundais ont déjà regagné leur patrie. (SOS Media Burundi)

Les mois de février et mars 2022 sont déterminants pour le HCR quant à l’analyse de l’engouement du retour volontaire des réfugiés du camp de Nakivale. Constat fait aussi par des réfugiés.

“En février, au moins 400 réfugiés burundais ont été rapatriés et ont dû contourner pour passer en Tanzanie car les frontières entre le Rwanda et l’Ouganda étaient encore fermées. A la mi-mars, plus de 430 autres réfugiés sont rentrés et ce dimanche il s’agissait d’un convoi de plus de 600 Burundais. Nous constatons vraiment que l’engouement est de mise”, explique un des leaders locaux à Nakivale.

Raisons diverses

“Moi je rentre pour cultiver mon champ et pour la scolarité de mes deux enfants car ici la vie est vraiment intenable et la famine risque de nous emporter”, a indiqué un rapatrié.

Et sa compatriote d’ajouter: “Moi je vais aller expérimenter la paix tant chantée au Burundi. Mes parents m’appellent toujours pour renter, je réponds aussi à l’appel du président burundais qui ne cesse de nous dire qu’il va assurer la protection des rapatriés”.

D’autres Burundais qui n’ont pas encore choisi de retourner chez eux y voient une influence des autorités burundaises.

“On observe que plus de 90% de ceux qui retournent au pays sont des gens qui étaient venus pour chercher du travail ou encore demander des terres à cultiver, sans succès. D’autres ont été envoyés par le gouvernement burundais afin d’inciter les Burundais en exil à regagner le pays », analysent des sources au camp de Nakivale.

« De plus, les personnes qui rentrent sont principalement celles qui sont arrivées à Nakivale depuis 2019 ou légèrement avant. Ce qui est étonnant, il y a même celles qui n’avaient pas encore passé même une année ici ”, disent des réfugiés dont la plupart ont fui le Burundi en 2015 à la suite de la crise déclenchée par un autre mandat controversé de feu président Pierre Nkurunziza.

Nakivale compte encore plus de 40.000 réfugiés burundais.

__________________

Photo : une pancarte indiquant le camp des réfugiés de Nakivale

Previous Kakuma (Kenya) : la sécheresse menace les cultures des réfugiés
Next Burundi : 400 milliards ont été détournés en 2021 selon l'Olucome