Murengeza : un opposant blessé dans un affrontement entre des membres du CNL et des Imbonerakure

Murengeza : un opposant blessé dans un affrontement entre des membres du CNL et des Imbonerakure

Sigisi, un jeune militant du CNL de la colline de Murengeza en commune de Mpanda dans la province de Bubanza (ouest du Burundi) a été tabassé sérieusement la nuit de mercredi par des membres de la ligue des jeunes du parti au pouvoir, les Imbonerakure. C’était au cours d’un affrontement qui a opposé les militants locaux des deux premières importantes formations politiques du Burundi. La victime est hospitalisée à l’hôpital général de Mpanda , dans un état grave selon nos sources. (SOS Médias Burundi)

La cause de cet incident, l’élection des membres du comité de gestion du centre de santé de Murengeza. Les membres du CNL auraient dénoncé des irrégularités, avec l’exclusion de leurs compagnons dans cette élection.

« Après la dénonciation de ces fraudes, l’élection devrait être ajournée, mais le chef de cette colline Ndayiragije Emmanuel, fort du soutien de son parti a décidé unilatéralement », a indiqué le représentant du CNL à Bubanza.

Selon une source locale, un groupe de militants du CNL a séquestré le chef de colline qui a pu s’échapper et disparaître le reste de la journée.

« Mais des convocations pour arrêter quatre membres influents du CNL dans la localité ont énervé leurs compagnons qui sont retournés au bureau collinaire pour contrer l’arrestation des leurs par des Imbonerakure qui détenaient les convocations », disent des témoins.

« Des affrontements ont eu lieu, la police a dû intervenir pour ramener l’ordre en tirant des balles réelles en l’air », racontent nos sources.

Ce matin de jeudi, le chef de zone accompagné du responsable du CNDD-FDD en commune de Mpanda se sont rendus à Murengeza. Ils ont exigé aux promoteurs de l’incident de demander pardon, sans quoi ils risquent d’être traduits en justice. Les quatre opposants visés par les interpellations sont en cavale, selon des sources proches du dossier.

Le responsable provincial du CNL considère que le chef de colline, appuyé par le parti au pouvoir dont il est issu et les Imbonerakure sont responsables de cette situation : « ils confondent les choses publiques aux biens du parti. C’est regrettable », charge-t-il.

L’administration locale dit que « les membres du CNL sont à l’origine de tout ce qui s’est déroulé à Murengeza ce mercredi soir ».

_____________

Photo : la commune de Mpanda

Previous Rumonge : la pénurie du carburant affecte la pêche, la production de l'huile et la fabrication du pain
Next Mahama (Rwanda) : hausse généralisée des prix des denrées alimentaires