Cibitoke : le chef de zone de Gasenyi en détention

Cibitoke : le chef de zone de Gasenyi en détention

Mao Mbazumutima, chef de zone de Gasenyi en commune de Buganda dans la province de Cibitoke (Nord-Ouest du Burundi) est détenu au cachot du commissariat provincial. Il est poursuivi pour avoir été attrapé en possession de 800 litres d’essence en provenance de la RDC qu’il aurait fait entrer au Burundi illégalement.Cette information est confirmée par sa hiérarchie qui indique par ailleurs qu’il faut laisser le temps aux investigations. SOS Médias Burundi

C’est depuis une semaine que cette autorité locale a été arrêtée. Des sources à Gasenyi disent que M. Mbazumutima a été interpellé en flagrant délit en possession de 800 litres d’essence.

« Quand il a été arrêté, il a tenté de corrompre des policiers qui l’ont surpris, sans succès. C’était juste au moment où il commençait à vendre quelques litres sur place », raconte un témoin oculaire.

Selon une source policière, cet administratif est accusé de « pratiquer le commerce illicite ». « Cette autorité agit en connivence avec les Imbonerakure (membres de la ligue des jeunes du CNDD-FDD, le parti présidentiel) qui l’aident à faire venir ou transporter des marchandises de part et d’autre de la Rusizi (rivière séparant le Burundi et la RDC », précise-t-elle.

Une autre quantité d’au moins 500 litres de gazoil a été saisie auprès des employés de la société en charge de la construction du barrage électrique angélique Kabu 16.Cette quantité avait aussi été commandée par le même responsable administratif, d’après nos sources.

Des habitants de la zone de Gasenyi exigent des sanctions sévères à l’endroit de leur représentant qui, selon eux est « un habitué du commerce illégal entre les deux rives de la Rusizi ».

Très récemment, il a été surpris après avoir volé 15 vaches en provenance de la RDC mais il n’a pas été sanctionné, regrette un octogénaire visiblement en colère. Contacté à ce propos, l’administrateur de la commune de Buganda ne nie pas les faits reprochés à son collaborateur.

Toutefois, il dit qu’il faut laisser le temps aux investigations et que la responsabilité pénale est individuelle.

Récemment, ce sont des autorités administratives et proches du CNDD-FDD en province de Rumonge (Sud-Ouest) qui ont été surpris en possession de milliers de litres de carburant.

Le Burundi fait face à une carence des produits pétroliers depuis plusieurs jours, ce qui affecte tous les secteurs de la vie du pays, particulièrement le transport en commun.

Previous Kibago : Mbizi sans un instant de répit
Next Ngozi : des prisonniers dénoncent le détournement de leur ration