Kibago : Mbizi sans un instant de répit

Kibago : Mbizi sans un instant de répit

Six nouvelles interpellations ont été recensées ce lundi sur la colline de Mbizi, en commune de Kibago dans la province de Makamba (Sud du Burundi). Les interpellés sont soupçonnés d’appartenir à des bandes armées ou de les soutenir. Ils ont rejoint dans les cachots du commissariat de Makamba sept autres civils appréhendés le 9 avril sur la même colline. SOS Médias Burundi

La police a d’abord fouillé les ménages des personnes arrêtées ce lundi avant de procéder aux interpellations.

Aucun objet suspect n’a toutefois été saisi chez les concernés, disent des témoins. « […], des policiers ont encerclé la sous colline de Mutarama de la colline de Mbizi dès 2H du matin avant de passer à une fouille systématique ménage par ménage. Des Imbonerakure (membres de la ligue des jeunes du CNDD-FDD) avaient commencé à effectuer des patrouilles depuis 19h ce dimanche et ont malmené tout passant. Tous les habitants: adultes, jeunes et enfants de cette sous colline ont été immobilisés par des policiers venus de différents commissariats communaux depuis 6h du matin jusqu’à 14h », racontent des sources locales.

Plusieurs menaces ont été proférées par des policiers lors de cette fouille en présence des autorités administrative et policière, selon des témoins.

Les administrateurs de toutes les communes de la province de Makamba avaient accompagné la gouverneure Françoise Ngozirazana en vue d’une réunion d’urgence. « On nous a immobilisés depuis le matin vers 4h.Tout passant était intercepté », racontent des habitants de cette localité.

Des menaces des autorités administrative et policière « Elles nous accusaient de soutenir des rebelles. Elles ont répété que nous devons rendre les armes que nous détenons », regrettent des chefs de ménage.

« Sans aucune preuve, elles nous ont chargés d’envoyer nos enfants dans des bandes armées insistant que même ceux envoyés en Tanzanie seront recherchés et ramenés ici », racontent des habitants.

Previous Sud-Kivu: un militaire a tué au moins cinq civils
Next Cibitoke : le chef de zone de Gasenyi en détention