Burundi : 50 ans après l’assassinat du dernier roi, sa famille réclame toujours justice

Burundi : 50 ans après l’assassinat du dernier roi, sa famille réclame toujours justice

Dans le cadre de la commémoration du 50ème anniversaire de l’assassinat du dernier roi du Burundi Ntare 5 Charles Ndizeye, une messe a été organisée en sa mémoire à la cathédrale Bon Pasteur de Shatanya dans la capitale politique du Burundi Gitega. Le prêtre a demandé aux présumés assassins qui sont encore en vie de demander pardon.L’association Fraternité Ishaka qui milite pour la cause des Baganwa (descendants des princes sous le régime monarchique) a quant à elle demandé au gouvernement de l’aider à trouver les restes de son corps pour une inhumation digne d’un roi. INFO SOS Médias Burundi

Rapatrié malignement de Kampala la capitale ougandaise avec la complicité du président de l’Ouganda Idi Amini Dada à l’époque, le roi déchu du Burundi a été emprisonné pendant un mois avant d’être lâchement assassiné le 29 avril 1972.Dans une messe organisée ce samedi à la cathédrale Bon Pasteur de Shatanya, abbé Luc Balthazar Hakizimana a prêché l’amour, le pardon et la réconciliation.

Il a par ailleurs demandé aux présumés malfaiteurs impliqués dans cet assassinat de changer de comportement et de « demander pardon publiquement devant les Burundais avant qu’ils ne meurent ».

Au nom de l’association Fraternité Ishaka, une association qui milite pour la défense des droits des membres de la communauté Ganwa, Éloi Baranyanka est revenu sur le calvaire qu’a connu le dernier roi du Burundi. « Il a passé tout un mois incarcéré au palais royal de Gitega avant d’être exécuté, nous regrettons les richesses et les biens des Baganwa qui ont été confisqués après le renversement des institutions monarques », a-t-il martelé.

Il a exigé que la vérité sur cet assassinat éclate au grand jour et que les présumés auteurs soient traduits en justice. A l’endroit du gouvernement, l’association Fraternité Ishaka a demandé de « reprendre le travail de recherche des restes du corps du roi Ndizeye afin qu’il soit inhumé dignement ».

Les mobiles et les circonstances de l’assassinat du roi Charles Ndizeye restent confus. Le cinquième et dernier roi a été assassiné le 29 avril 1972. Des sources concordantes affirment qu’il a été exécuté au troisième commando, un camp militaire se trouvant à Gitega.

Peu avant, il avait été détenu dans la même ville après être rapatrié de l’Ouganda.En 2012, des experts belges se sont rendus sur place pour retrouver sa tombe, en vain. Son assassinat a marqué la fin du règne monarchique au Burundi

Previous Ngozi : près de 100 détenus libérés provisoirement
Next Bukinanyana : découverte de cinq corps